Archives familiales : trois cahiers d’écolier 1914-18 ; une vie marquée par les armes

Jacque Weulf est né près d’une garnison à Verdun, le 16 novembre 1906. Fils et petit fils de militaire, il avait gardé jusqu’à sa mort en 1985 une passion pour les soldats de plomb, rangés en files bien ordonnées sur une grosse commode en face de son lit, que l’on n’avait pas le droit d’approcher.

Son grand-père, Eugène – Louis – Joseph Weulf, né à Zutkerque, dans le Pas-de-Calais en 1841, avait finit sa carrière comme capitaine et commandant directeur de l’orphelinat militaire Hériot, implanté dans un magnifique château près de Rambouillet à La Boissière en Seine-et-Oise, où il avait son logement de fonction. Suivant la tradition familiale, le père de Jacques : Marcel – Eugène – Louis – Antonio Weulf, né en garnison à Langres en 1878, avait fait Saint-Cyr – après avoir passé avec succès ses deux bacs au lycée Lakanal – puis, à l’âge de vingt ans était entré comme élève à l’école spéciale militaire où il avait franchi avec régularité les grades : caporal en 1899, sergent puis sous-lieutenant l’année suivante, lieutenant au 19e bataillon des chasseurs à pied fin 1902, pour sortir capitaine de cavalerie de l’école de Saumur le 24 mars 1912 et entrer au 9e bataillon de chasseurs à pied fin 1913, étant le seul à être à cheval.

Le 28 octobre 1903, il épouse Marie-Thérèse Sanguin de Livry.

Marcel Weulf, en bon officier de carrière,  fait partie des premiers mobilisés et s’était retrouvé sur la ligne de front pour mener campagne contre les Allemands, lui et son bataillon étant postés à Longuyon, près de la frontière Belge. Dès le 8 août 1914, il se fait remarquer pour « son courage et son sang-froid » lors d’un combat et obtient une première citation à l’ordre de l’armée. Deux semaines plus tard, le 22 août, à Bellefontaine à quelques kilomètres de la frontière française, en menant sa compagnie dans une charge à la baïonnette, il est blessé très gravement à l’aine par un éclat d’obus. Il est évacué le 24 sur l’arrière, vers Montmédy dans une voiture de la Croix-rouge qui, tombant sur une patrouille allemande aurait été séquestrée. Pendant plusieurs mois, la famille est sans nouvelle du blessé qui semble avoir disparu. Ce n’est qu’en novembre, qu’une lettre du ministère de la Guerre leur apprend le décès de Marcel. Le mois suivant une première lettre d’un certain lieutenant A. Tourret, blessé et évacué en même temps que lui, leur donne les premiers détails sur sa fin dans le langage cru des militaires : « Nous avons été transportés le 25 à l’hôpital de Montmédy. Le voyage en auto de Lahage à Montmédy l’avait fait beaucoup souffrir. Arrivés à l’hôpital, une amputation eut été certainement impossible (le col du fémur était éclaté, la blessure large comme la main), l’hôpital était d’ailleurs presque abandonné et le capitaine n’avait pas pu être pansé réellement et souffrait violemment. Je voulais rester à côté de lui, mais comme la gangrène avait, paraît-il, déjà infesté la blessure de la hanche, le médecin n’a pas autorisé ce voisinage que nous désirions vivement tous deux. Je l’ai donc quitté le 25 au soir, il est mort dans la matinée du 26 et enterré au cimetière de Montmédy. J’ai ici sa montre, son képi et ses médailles, son alliance a été bêtement perdue par un infirmier ».

La guerre a donc à peine commencé que Jacques Weulf a déjà perdu son père. Il n’a pas encore huit ans.

Comme tous les enfants des conflits, il remplit ses cahiers d’écolier d’esquisses au crayon, parfois colorées, représentant des scènes de combat avec casques à pointe et poilus s’entretuant à coup de sabres, de révolvers et de baïonnettes, le sang giclant de leurs entrailles.

Imprégné de la propagande et des informations de l’époque, il dessine des souscriptions aux emprunts de guerre avec le soldat serrant un enfant dans ses bras, des combats héroïques où les soldats français défendent une position, le drapeau déchiqueté par les balles

Ainsi que des batailles navales et aériennes épiques, les cuirassées en feu, avec les canots de sauvetage plein à craquer fuyant à toutes rames, tandis que des aéroplanes esquivent les tirs, larguent des bombes et que de grands zeppelins sillonnent le ciel.

Il croque avec réalisme les uniformes des différentes armées, leurs armes et engins (une auto mitrailleur, un char sautant sur des mines, des canons…), certains soldats étant affublés du masque à gaz.

Sur une feuille de papier gris foncé, il nous fait vivre une alerte de nuit sur Paris, le ciel balayé par les projecteurs capturant parfois dans son reflet un avion tandis que des lueurs blanches explosent et illuminent l’horizon. Derrière la feuille est portée la mention « Vu le 11 novembre 1918 » avec sa signature.

Dès la fin 1914, ses huit ans accomplis, il veut donner lui aussi donner sa quote-part, ne serait-ce qu’en intégrant le bataillon à la discipline militaire des boys scouts. Mais il est désespéré de découvrir qu’il n’a pas l’âge requis. Il écrit alors aux militaires qui ont connu son père et directement au Maréchal Joffre pour offrir ses services, recopiant sur son cahier pour l’apprendre par cœur le serment de l’éclaireur : « La parole d’un éclaireur est sacrée. Il met son honneur au dessus de tout même au-dessus de sa propre vie. L’éclaireur sait obéir, il comprend que la discipline est nécessaire. L’éclaireur est un homme d’initiative… ». Il finira par le devenir trois ans plus tard le temps d’une photo : il pose fièrement avec un petit camarade, devant un décor peint de forêt, adossé à un gros tréteau en bois brut, le chapeau à la Baden Powell avec la pointe repliée et le large bord, le foulard noué autour du cou, la chemise à poches retroussée jusqu’aux coudes, le bermuda à mi-cuisses, les chaussettes qui englobent le mollet et soigneusement repliées sous le genou, les brodequins de cuir et le grand bâton tenu fermement dans la main droite. Dans les lettres à sa mère, il réclame en récompense de ses bonnes notes une carabine, puis un révolver.

De son enfance d’orphelin, il n’existe que les papiers du jugement du tribunal de 1ère instance de la Seine le déclarant le 27 janvier 1920, pupille de la Nation et quelques photos posées : habillé en pirate, en scout, en boxeur, avec son équipe de rugby, en pyjama à fines rayures faisant semblant de fumer le cigare, en veste à large col marin accoudé à un guéridon avec un livre posé sur le dessus. Il ne sourit pratiquement jamais, il a toujours ce même air grave, son regard sombre, parfois voilé de tristesse, et la même moue désabusée, légèrement boudeuse. 

De ses études, il ne reste qu’un diplôme de l’École supérieure pratique de commerce et d’industrie de Paris, obtenu le 4 août 1926 ; une carte d’étudiant pour l’année 1925-1926 ; et une photo de groupe devant la porte de l’école surmontée d’une grosse horloge qui indique 10h10. On le reconnaît très bien en première file, le sixième en partant de la gauche, il a la même expression ; tous les jeunes élèves de la promo sont en costume-cravate et ceux du premier rang croisent tous les jambes, la gauche sur la droite, sauf un qui fait le contraire et affiche un air malicieux.

Pour le reste, on ne dispose que d’une reconstitution de carrière tapée de sa main qui explicite son virage vers le journaliste, après un passage en 1928 par la Société privée d’expansion commerciale qui assure la régie de la publicité du Figaro, et dont il démissionne fin 1933 pour entrer à partir du 1er janvier 1934 comme journaliste-rédacteur à part entière. Peu de temps après, il affirme ses positions politiques en prenant dès 1936 sa carte de membre actif au Parti social français, qui vient d’être fondé par le colonel François de la Rocque, l’ancien chef des Croix de feu, et qui incarne une nouvelle droite versant dans le «christianisme social patriotique». Il assure tout d’abord le poste de secrétaire de rédaction du Figaro Illustré et couvre parallèlement les pages de mode, cinéma, théâtre, littéraire, spectacle, jusqu’à la fin 1939.

Après avoir fait son service militaire, qui à l’époque durait deux ans (de 1926 à 1928), et avoir été classé lieutenant de réserve, Jacques Weulf se retrouve mobilisé au 70ème régiment d’infanterie de Forteresse, le 24 août 1939. Il se sent aussitôt comme un poisson dans l’eau, ainsi qu’en témoigne la lettre, rédigée de son ton pince-sans-rire, qu’il envoie trois jours plus tard d’Obernai en Alsace à sa mère, donnant l’impression qu’il est en villégiature et non sur le chemin de la guerre : « 27 . 8 . 39 : Ici les gens et choses sont d’un calme absolu. On ne voit aucune bousculade, un ordre parfait. Le moral est excellent pas de poivrot c’est vraiment épatant. J’ai actuellement un bon lit… chez des sœurs ! Le mitrailleur au couvent. Elles me font le matin un bon café au lait avec beaucoup de beurre. Si cela continue comme cela on n’aura pas à se plaindre. Cet après-midi, avec un jeune sous-lieutenant de ma compagnie très gentil, jeune marié mobilisé au milieu de son voyage de noces, nous avons eu deux heures de répit, avons réquisitionné une voiture pour prendre un verre à Obernai et boire un vrai café. Côté santé tout va bien aussi. Côté moustique, la bagarre a commencé cette nuit. J’en ai eu quelques uns mais j’ai l’œil gauche légèrement poché et le front (je viens d’en écraser un sur ma tunique) un peu bombé au réveil… ». C’est le cœur tout aussi léger, qu’il envoie sa seconde lettre, alors qu’il part au front : « 15 . 6 . 40 : Nous faisons à peu près 70 km par jour. C’est un magnifique voyage dans un pays admirable au milieu de populations enthousiastes […]. Je vais à la perfection et suis très content. Ne te fais pas de bile. Je t’embrasse tendrement. Jacques ».

L’objectif de son voyage n’a pourtant rien de bucolique et sa mère avait de quoi se faire de la bile ; les journées du 16 et du 17 juin, il se retrouve en plein combat, à Raincourt en Haute-Saône, obtenant la croix de guerre avec étoile d’argent pour avoir fait preuve « des plus belles qualités de chef » : « avec un de ses hommes a dégagé à la grenade la maison qu’il avait organisé en un point d’appui solide interdisant à l’ennemi l’entrée du village malgré de violents bombardements lui infligeant des pertes sérieuses ». Ce qui ne l’empêche pas d’être fait prisonnier.

Pendant quelques jours, sa mère, Marie-Thérèse, a pu penser que l’histoire se répétait, son fils ayant disparu, avant qu’elle n’apprenne qu’il avait été en fait transféré en Allemagne à l’Oflag XIII B puis à l’Oflag XVII A, un camp de prisonniers pour officiers situé en Autriche près de Doellersheim, avec comme numéro d’immatriculation le 2078. Il y resta jusqu’à sa libération le 10 mai 1945.

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Mathias Gardet (9 mars 2022). Archives familiales : trois cahiers d’écolier 1914-18 ; une vie marquée par les armes. Réfugier Enfance Violence Exil. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tjvg


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search