Écriture de soi et témoignage oral, sources pour l’histoire de la scolarisation en pensionnat des enfants amérindiens

Thomas GRILLOT, IHTP UMR 8284

Le Bureau des Affaires indiennes (BIA), branche du secrétariat à l’Intérieur des États-Unis, contrôle aujourd’hui sept pensionnats amérindiens. L’État fédéral, dont le BIA fait partie, en a géré 408 entre 1819 et 1969 (Federal Indian Boarding School Initiative, 2022:6). En incluant les institutions privées, près de soixante pensionnats à destination des Amérindiens restaient ouverts en 2018 (Lajimodiere 2018:8). L’expérience scolaire amérindienne dans des pensionnats a produit et continue de produire une documentation écrite de la main même de ceux qui y ont séjourné. Cette documentation peut être traitée comme un corpus distinct, à condition que soit reconnue sa diversité: écrits d’enfants, adolescents et jeunes adultes, produits pendant la scolarisation et publiés dans des journaux scolaires, dans la presse quotidienne locale; écrits d’adultes revenant sur leur expérience scolaire pour la presse nationale, dans des magazines, en volume; ou encore documents conservés dans les archives judiciaires, administratives, et personnelles, où le témoignage est aus service directe d’une cause jugée. Ces écrits sur soi sont rarement distincts d’une parole sur soi, à l’occasion transcrite dans les journaux locaux et nationaux, les collections d’histoire orale, les auditions publiées. Les traiter ensemble permet de souligner les continuités et les contrastes entre oralité et écriture. Discours et témoignages oraux ont souvent été écrits au préalable. Quand ce n’est pas le cas, les enregistrements peuvent permettre une approche plus fine de la situation d’enquête qui les modèle. Évoquer ensemble récits d’enfants et récits d’adultes permet aussi de signaler la possibilité et l’intérêt d’utiliser ce corpus pour signaler le caractère évolutif d’une parole sur l’expérience scolaire qui change au cours de l’existence des individus. Une partie seulement de ces sources est accessible en ligne. Il s’agit pour l’essentiel de matériaux imprimés et publiés ou de transcriptions de témoignages, mais certaines collectes d’histoire orale vidéo touchant à l’expérience scolaire amérindienne ont également donné lieu à des mises en lignes limitées.

Ces matériaux peuvent être replacés dans l’histoire déjà ancienne de l’appropriation de l’écrit et de l’anglais par les Amérindiens, et dans celle, plus récente, des pensionnats eux-mêmes. L’autobiographie amérindienne en langue anglaise naît avant la diffusion de l’institution scolaire en pays indien. Les premiers autobiographes écrivant seuls en anglais sont des convertis devenus missionnaires méthodistes ou presbytériens. Ils mentionnent leur passage par l’école, qu’ils traitent non comme une expérience à part entière, mais comme un événement parmi d’autres dans un itinéraire placé sous le signe de la religion (Occom, 1762; Apess, 1829; Copway, 1847). Leur modèle s’enracine dans le “Second grand réveil” méthodiste: il s’agit du récit de conversion protestant, narration des progrès de la Grâce divine dans la vie du pécheur. Le récit autobiographique peut par ailleurs s’appuyer sur des pratiques indigènes, particulièrement le récit public d’exploits ou leur représentation pictographique, parfois réalisée et collectée dans des camps de prisonniers (Wong 1992: 58-87). Pourvu que l’auteur/autrice indien/ne s’assure les services d’un secrétaire euroaméricain, l’autobiographie ne nécessite pas, d’autre part, qu’il/elle sache lire, écrire, ou même parler anglais (cf. Black Hawk 1833; Brumble 1988). Certaines des autobiographies amérindiennes les plus lues au 20è siècle sont justement le fait d’Indiens monolingues, sinon analphabètes (Neihardt 1932; Linderman 1930; Nabokov 1967).

  • Brumble, H. David, III, American Indian Autobiography, Berkeley, University of California Press, 2008 [1988]
  • Littlefield, Daniel F., et James W. Parins, A Biobibliography of Native American Writers, 1772-1924, Metuchen, NJ, Scarecrow Press, 1981-1985. 2 vols et supplément. https://archive.org/details/biobibliographyo0000litt; https://archive.org/details/biobibliographyo0000litt_e1w0/page/n3/mode/2up
  • Phillip H. Round, Removable Type: Histories of the Book in Indian Country, 1663-1880, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2010.
  • Occom, Samson, “A Short Narrative of My Life”. The Elders Wrote: An Anthology of Early Prose by North American Indians 1768-1931. Ed. Bernd Peyer, Berlin, Dietrich Reimer Verlag, 1982 [1762], p. 12-18.
  • Apess, William, A son of the forest : the experience of William Apes, a native of the forest : comprising a notice of the Pequod tribe of Indians, New-York, The author, 1829 https://archive.org/details/sonofforestexper00inapes
  • Copway, George, The life, history, and travels, of Kah-ge-ga-gah-bowh (George Copway), a young Indian chief of the Ojebwa nation, a convert to the Christian faith, and a missionary to his people for twelve years, Albany, Printed by Weed and Parsons, 1847 https://archive.org/details/lifehistoryandt00copwgoog
  • Wong, Hertha Dawn, Sending My Heart Back Across the Years Tradition and Innovation in Native American Autobiography, New York, Oxford University Press, 1992.
  • Black Hawk, Life of Ma-Ka-tai-me-she-kia-kiak, Or, Black Hawk, Cincinnati, J.B. Patterson, 1838 https://archive.org/details/GR_313/page/n5/mode/2up; trad. française: Chef de Guerre, Anacharsis, 2020.
  • Brumble, H. David, III, The Preliterate Traditions at Work: White Bull, Two Leggings et Sarah Winnemucca” in American Indian Autobiography. Berkeley, University of California Press, 1988, p. 21-71.
  • Neihardt, John G., Black Elk Speaks, William Morrow, 1932;
  • Linderman, Frank B. Linderman, American: The Life Story of a Great Indian: Plenty-coups, Chief of the Crows, New York, John Day, 1930;
  • Nabokov, Peter, Two Leggings The Making Of A Crow Warrior, Thomas Y. Crowell Company, 1967 https://archive.org/details/twoleggingsthema008451mbp/page/n7/mode/2up

La généralisation progressive de l’enseignement primaire et secondaire en pays indien et dans des pensionnats éloignés des réserves indiennes à partir des années 1880, diffuse la pratique du récit de soi écrit en anglais. Avant de devenir un genre, les textes de nature autobiographique produits en milieu scolaire sont d’abord des instruments de l’arsenal pédagogique, maniés comme tels par des éducateurs soucieux de civiliser leurs élèves. Dans une scolarité conçue comme civilisatrice, l’écriture de soi souvent coordonnée à l’ethnographie d’un passé “sauvage” révolu relève de la préparation à une citoyenneté écrivante. Au-delà de l’apprentissage de l’écriture, compétence physique et intellectuelle, l’autobiographie démontre, par sa forme comme par le récit qu’elle porte, l’efficacité transformatrice de l’institution scolaire. L’école offre plusieurs espaces à cette mise en scène de parole sur soi: salle de classe, club de débat, article ou lettre d’anciens élèves publiés dans le journal de l’école, prise de parole lors des fêtes et cérémonies officielles., elle aussi reranscrite dans le journal. Plusieurs genres aussi: lettre, article thématique, récit folkloriques, mémoires, discours, fiction. Pour être publié ou déclamé, le récit sur soi et sur les siens doit mettre à l’honneur autant l’établissement que l’orateur, afin d’impressionner élèves scolarisés ou présomptifs, et philanthropes susceptibles de faire des dons aux établissements. L’autobiographie en milieu scolaire est un genre sous contrôle, surtout dans ce qu’elle dit de l’institution elle-même. Cités dans l’historiographie, ces écrits ont récemment fait la matière d’anthologies exclusivement consacrées aux pensionnats (Krupat 2020, 2021, 2023).

  • Zink, Amanda J., “Carlisle’s Writing Circle: Boarding School Texts and the Decolonization of Domesticity”, Studies in American Indian Literatures, 27(4) (Winter 2015), p. 37-65.
  • Louellyn White, “Who Gets to Tell the Stories? Carlisle Indian School: Imagining a Place of Memory Through Descendant Voices”, Journal of American Indian Education, 57(1) (Spring 2018), p. 122-144.
  • Kelsey, Penelope, “Narratives of the Boarding School from Victimry to Resistance”, Atenea 23(2) (2003), p. 123-37.
  • Katanski, Amelia V., Learning to Write “Indian”: The Boarding School Experience and American Indian Literature, Norman, University of Oklahoma Press, 2005.
  • Emery, Jacqueline, “Writing against Erasure: Native American Students at Hampton Institute and the Periodical Press”, American Periodicals: A Journal of History, Criticism, and Bibliography, 22(2), 2012, p. 178-198.
  • Emery, Jacqueline, Recovering Native American Writings in the Boarding School Press, University of Nebraska Press, 2017.
  • Goodburn, Amy. “Girls’ Literacy in the Progressive Era: Female and American Indian Identity at the Genoa Indian School.” Girls and Literacy in America: Historical Perspectives to the Present, Jane Greer, dir., Denver: abc-clio, 2003., p. 79-101.
  • Cobb-Greetham, Amanda J., Listening to Our Grandmothers’ Stories: The Bloomfield Academy for Chickasaw Females, 1852-1949, Lincoln, Nebraska, Bison Books, 2007.
  • Jacqueline Fear-Segal, “The Man on the Bandstand at Carlisle Indian Industrial School,” in Boarding School Blues: Revisiting American Indian Educational Experiences, Clifford E. Trafzer, Jean A. Keller et Lorene Sisquoc, dir., Lincoln, University of Nebraska Press, 2006.
  • Ostergaard, Lori, Amy Mecklenburg-Faenger et Henrietta Rix Wood. “Making Space for Writing: High School Girls’ Newspapers, Writing Clubs, and Literary Magazines, 1897-1930.” Feminist Challenges or Feminist Rhetorics? Locations, Scholarship, Discourse. Ed. Kirsti Cole. Newcastle upon Tyne, UK: Cambridge Scholars, 2014. 39-56
  • Krupat, Arnold, Changed Forever, American Indian Boarding-School Literature, State University of New York Press, 2020, 2 vol.Krupat, Arnold, Boarding School Voices Carlisle Indian School Students Speak, University of Nebraska Press, 2021.
  • Krupat, Arnold, From the Boarding Schools: Apache Indian Students Speak, University of Nebraska Press, 2023.

Rapidement, des anciens élèves publient des textes traitant de leur expérience scolaire dans la presse illustrée (magazine), qui sont ensuite recueillis en volume. Rapidement, également, le récit de la manière dont l’auteur est devenu civilisé sert à faire le réquisitoire de la politique de civilisation et de la civilisation elle-même. Entre 1890 et 1930, une poignée d’élèves des pensionnats à l’itinéraire scolaire réussi laisse ainsi les premiers témoignages critiques, stimulés par l’existence d’un lectorat convaincu, pour des raisons diverses, de l’inadéquation de l’éducation proposée aux populations amérindiennes. Ces récits autobiographiques publiés parfois très longtemps après les faits, accordent beaucoup d’attention à l’expérience d’émigration que représente l’envoi en pensionnat. Décrit par certains hommes sur le mode du raid en territoire ennemi, au risque de la mort ou de l’exploit, il suscite régulièrement l’évocation des émotions du voyage et de l’arrivée, et des rites d’insertion (port des vêtements et chaussures, repas, coupe de cheveux) ou de la désorientation qu’ils suscitent (notamment linguistique), avant que le récit ne laisse la place aux nouvelles routines et règles morales (en particulier les manières de montrer l’affection ou le principe d’infliger des punitions), aux expériences de la camaraderie et de l’amitié (moqueries, honte etc.), enfin, à l’enseignement proprement dit. Ces témoignages de première main partagent avec les rapports officiels des enseignants et fonctionnaires du BIA, comme avec les romans consacrés au même moment à la condition amérindienne, une présentation souvent chargée du drame de l’éduqué. Individu “entre deux mondes” qui n’est plus à sa place, souvent racialisé (“sang-mêlé”), lesté d’une éducation inutile, voire handicapante, il est une figure tragique et un trope durable, qui se retrouve encore dans certaines des grandes œuvres de la “renaissance [littéraire] indienne” des années 1960-1970. Ces descriptions très marquées par l’imaginaire de la race doivent être prises avec prudence, mais ne peuvent être ignorées, tant elles modèlent la perception des acteurs. Les itinéraires d’enseignants de plusieurs de ces autobiographes invitent d’autre part à lire leurs critiques comme autant de propositions de réforme formulées par des professionnels à destination de leurs collègues. Leur influence, directe ou indirecte, sur la politique scolaire fédérale pourrait être étudiée.

  • Principaux anciens élèves autobiographes avant 1945 et leurs œuvres
    • La Flesche, Francis, The Middle Five: Indian boys at School, Boston, Small, Maynard, 1906 https://archive.org/details/middlefiveindian00lafl
    • Eastman, Charles Alexander, From the Deep Woods to Civilization: Chapters in the Autobiography of an Indian, Boston, Little, Brown, 1916.
    • Eastman, Charles Alexander, Indian Boyhood, New York, McClure, Phillips & Co, 1902.
    • Zitkala-Ša, “An Indian Teacher among Indians”, Atlantic Monthly, March 1900, p. 381-86.
    • Zitkala-Ša, “Impressions of an Indian Childhood”, Atlantic Monthly, January 1900, p. 37-47.
    • Zitkala-Ša, “The School Days of an Indian Girl”, Atlantic Monthly, February 1900, p. 185-94.
    • Zitkala-Ša, American Indian Stories, Lincoln, University of Nebraska Press, 1985.
    • Byanuaba, Elena. “An Autobiography.” Indian Leader, 31 Jan. 1902. Reprinted in Kilcup 419-20.
La Flesche, Francis, The Middle Five: Indian boys at School, Boston, Small, Maynard, 1906.
Armstrong, Estelle, The Indian Special, H. Lechner, 1912.
Winnemucca, Sara, Life Among the Piutes: Their Wrongs and Claims, G.P Putnam’s Sons, 1883.
Standing Bear, Luther, My People the Sioux, Boston, Houghton Mifflin, 1928.
  • Études critiques
    • Hannon, Charles, “Zitkala-Ša and the Commercial Magazine Apparatus” in “The Only Efficient Instrument”: American Women Writers and the Periodical, Aleta Feinsod Cane and Susan Alves, dir., Iowa City, University of Iowa Press, 2001. 179-201.
    • Bernardin, Susan, “The Lessons of a Sentimental Education: Zitkala-Ša’s Autobiographical Narratives.” Western American Literature 32.3 (1997): 212-38.
    • Enoch, Jessica”, Resisting the Script of Indian Education: Zitkala-Ša and the Carlisle Indian School”, College English 65(2) (2002), p. 117-41
    • Okker, Patricia, “Native American Literature and the Canon: The Case of Zitkala-Ša”, American Realism and the Canon. Ed. Tom Quirk and Gary Scharnhorst, dir., Newark, University of Delaware Press, 1994. 87-101.
    • Stromberg, Ernest, “Resistance and Mediation: The Rhetoric of Irony in Indian Boarding School Narratives by Francis La Flesche and Zitkala-Ša”, in American Indian Rhetorics of Survivance: Word Medicine, Word Magic, Ernest Stromberg, dir., Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 2006, p. 95-109.
    • Brooks, Joanna. “Sacajawea, Meet Cogewea: A Red Progressive Revision of Frontier Romance.” Lewis & Clark: Legacies, Memories, and New Perspectives. Ed. Kris Fresonke and Mark Spence. Berkeley: University of California Press, 2004. 184-97.
    • Beidler, Peter G. “Literary Criticism in Cogewea: Mourning Dove’s Protagonist Reads The Brand.” American Indian Culture and Research Journal 19.2 (1995): 45-65.
  • Les pensionnats dans la fiction indienne et non-indienne avant 1945
    • Burgess, Marianna, Stiya: A Carlisle Indian Girl at Home, Danvers, Massachusetts, General Books, 2009 [1889].
    • Marriott, Alice, The Ten Grandmothers, University of Oklahoma Press, Norman, 1989 [1945]
    • Mathews, John Joseph, Sundown, University of Oklahoma Press, 1988 [1934].
    • McNickle, D’Arcy, The Surrounded, Albuquerque, University of New Mexico Press, 1978 [1936] https://archive.org/details/surrounded00mcni/page/16/mode/2up?q=school
    • Underhill, Ruth, Hawk Over Whirlpools, University of Oklahoma Press, Norman, 1989 [1940].
Burgess, Marianna, Stiya: A Carlisle Indian Girl at Home, Danvers, Massachusetts, General Books, 2009 [1889].
Marriott, Alice, The Ten Grandmothers, University of Oklahoma Press, Norman, 1989 [1945].

McNickle, D’Arcy, The Surrounded, Albuquerque, University of New Mexico Press, 1978 [1936].

C’est en partie en réponse au défi que représente une parole indigène diffusée par l’écrit et souvent autoethnographique, que les anthropologues étatsuniens s’emparent du genre de l’autobiographie (ou plutôt du récit de vie) dans l’espoir de rendre plus accessible leur propre travail de description des cultures indigènes. Faire écrire sur eux-mêmes des enquêtés doit permettre de donner à voir au grand public comment un individu “vit sa culture de l’intérieur”. Les anthropologues Alfred L. Kroeber et surtout Paul Radin initient ce genre, l’un avec ces collaborateurs atsinas (gros-ventre), l’autre ho-chunk (winnebago), en 1908 et 1913 (mais des textes autobiographiques ont aussi été collectés auparavant, par Franz Boas, notamment). Ces récits sont des compléments intéressants aux textes produits en milieu scolaire ou publiés en volumes, dans la mesure où ils sont moins dépendants que ces derniers du modèle du récit de formation (Bildungsroman, coming-of-age). Comme sources historiques, ce ne sont pas néanmoins des textes plus transparents tout aussi délicats à utiliser. Le rôle de Radin dans la conception des textes qu’il publie, celui des expériences religieuses de ses collaborateurs dans la structuration de leurs récits, l’importance des variantes dans des récits faits par les auteurs amérindiens de manière répétées au cours de véritables carrières d’informateurs, ont été bien étudiés. La description de l’expérience scolaire y est souvent fugace, d’une manière qui doit être interprétée : manque d’intérêt des co-auteurs pour le fait scolaire au profit d’autres expériences, ou des traditions “authentiques”; caractère peu marquant d’expériences elles-mêmes rapides ou interrompues; ou encore banalité d’une expérience qui ne de distingue pas et ne fait pas problème. Ces récits à quatre mains (“as told to” autobiographies) sont également pratiqués par des historiens amateurs ou professionnels qui s’appuient sur la collecte de témoignages pour faire la chronique des guerres indiennes. Par le biais d’interprètes, une forme de parole indigène autobiographique entre ainsi dans le récit historique, dès lors qu’il s’agit de contribuer à la biographie d’un “grand homme” (Crazy Horse, par exemple) ou de restituer une bataille (en particulier celle de Little Big Horn, le 25 juin 1876). Certains de ces témoignages sont donnés par des individus ayant fréquenté les pensionnats et évoquent cette expérience (Poweshiek 1936; Good Shot 1973). American Indian Autobiography de H. David Brumble III,plusieurs fois mis à jour, fournit la bibliographie de référence pour ces textes.

La période des années 1930, ou New Deal, donne lieu à un vaste mouvement de collecte d’histoire orale, qui touche les Amérindiens comme les autres Américains. Dans l’Oklahoma, le programme “Indian-Pioneer”, piloté par le “Federal Writers’ Project” au sein de la Works Progress Administration, recueille des récits de vie mentionnant les pensionnats, dont les transcriptions sont conservées dans divers centres d’archives (bibliothèques, universités, sociétés historiques). Dans le Wisconsin, les entretiens de l'”Oneida Ethnological Study” ont été recueillis, édités et publiés. Un quart sont en langue oneida (Lewis 2005). D’autres programmes semblables sont mis en œuvre dans plusieurs États comprenant des réserves. La Deuxième Guerre mondiale suscite à son tour plusieurs vagues de collecte de récits de vie qui présentent le même intérêt. L’utilisation des archives de ces campagnes successives de collecte permet de retracer l’évolution du récit sur les pensionnats, activité individuelle d’écriture de l’histoire qu’il faut replacer dans un ensemble de projets collectifs, souvent très localisés et liés à la création d’archives tribales. Une attention aux conditions de production de ces documents, notamment aux rôles qu’y jouent anciens élèves ou enseignants des pensionnats, qu’ils soient de famille amérindienne ou non, ainsi qu’à la manière dont ces récits sont censés servir ensuite à l’enseignement dans les écoles, est primordiale pour leur interprétation. Ce champ de production de témoignages est extrêmement actif et mouvant, et de nombreux sites connaissent une vie éphémère. Une recherche par État ou par groupe tribal pourra seule permettre de prendre la mesure de ce que ces ressources peuvent offrir à une recherche consacrée aux pensionnats.

Les récits de vie et autobiographies doivent être replacés dans l’ensemble plus vaste de la parole publique sur les pensionnats. Ils s’articulent, plus qu’ils ne s’opposent, à des formes de témoignage écrit ou transcrit évoquant, à diverses fins, l’expérience scolaire: lettres (parfois écrites, elles aussi, “à quatre mains” avec l’aide de scripteurs non-indiens), déposition au cours d’investigations du BIA, de procès ou d’auditions de comités d’enquêtes du Congrès. Parmi ces derniers, certains ont été transcrits et publiés par les services du Congrès; d’autres se trouvent dans les archives du BIA, classés par réserve, ou dans celles des écoles. Le témoignage à la suite d’abus peut occasionnellement être évoqué dans les journaux publiés dans ou à proximité des réserves. Au-delà des abus, l’opposition au principe même de retirer les enfants à leurs parents émane tant de ceux-ci que d’un petit nombre d’éducateurs non-indiens, convaincus des dommages que le déracinement impose aux familles et aux individus. Il faut attendre 1927 pour qu’une commission sénatoriale lance une série d’auditions qui s’échelonnent sur près de quinze ans et donne lieu, au milieu de nombreuses autres réclamations liées aux conditions de vie des Amérindiens, à des témoignages sur la situation dans les pensionnats. Par la suite, plusieurs grandes enquêtes nationales sous l’égide du Congrès recueillent une parole d’élèves et de parents, même si les experts se taillent généralement la part du lion dans la prise de parole. Le rapport Meriam de 1928, tout en notant que les pensionnats ne concernent qu’une minorité d’élèves (Les pensionnats gérés par l’État fédéral concentrant 27% de la population amérindienne scolarisée (Szasz 1999:18, 31)), tient cette institution pour représentative de l’échec de la politique scolaire fédérale à destination des Amérindiens (Meriam 1928: Findings 11). Sous-financés, fonctionnant grâce au travail manuel des élèves, et privilégiant l’apprentissage des métiers agricoles ou d’artisanat, les pensionnats sont des lieux caractérisés par la malnutrition, la contagion, et donc une importante mortalité, et par des pédagogies qui vont à l’encontre de tous les standards de la profession enseignante.

  • Szasz, Margaret Connell, Education and the American Indian The Road to Self-Determination Since 1928, University of New Mexico Press, 1999 [1974]
  • “Navigating Record Group 75: BIA Schools”, site des archives nationales américaines https://www.archives.gov/research/native-americans/bia-guide/schools
  • Enseignants s’opposant aux pensionnats
    • Adams, David Wallace, “Schooling the Hopi: Federal Indian Policy Writ Small, 1887-1917”, Pacific Historical Review, vol. 48, no. 3, 1979, p. 335-56. esp. p. 353.
    • Mary C. Collins to Commissioner Jones, September 1, 1904, Folder 29, Box 2, Collins Papers, South Dakota State Historical Society.
  • Meriam, Lewis, The Problem of Indian Administration: Report of a Survey Made at the Request of Honorable Hubert Work, Secretary of the Interior, and Submitted to Him, February 21, 1928, Baltimore, Johns Hopkins Press, 1928. https://eric.ed.gov/?id=ED087573
  • U .S. Congress, Senate, Subcommittee of the Committee on Indian Affairs. Hearings. Survey of the Conditions of the Indians of the United States, Washington, DC, Government Printing Office, 41 vols., 1927-1943 https://catalog.hathitrust.org/Record/000622054
    • Staley, Robert A., “Congressional hearings: Neglected sources of information on American Indians”, Government Information Quarterly Volume 25, Issue 3, July 2008, Pages 520-540
  • De nombreux journaux publiés en pays indien ont été numérisés par la bibliothèque du Congrès, comme par les sociétés historiques des États fédérés.

La Grande Dépression, qui réduit les budgets du BIA, conduit les familles indiennes appauvries à utiliser les pensionnats comme refuge pour leurs enfants et interdit aux réformateurs du BIA de fermer plus qu’une poignée d’entre eux. Après la Deuxième Guerre mondiale, ce mode d’accueil, qui permet de scolariser à moindres frais des populations dispersées sur de vastes territoires mal desservis, est même à nouveau massivement sollicité, en particulier pour les enfants de la réserve navajo et des groupes indigènes d’Alaska. En 1969, un nouveau comité sénatorial impulsé par Robert Kennedy note le peu de changements intervenus depuis le rapport Meriam. Alors que certains des pensionnats les plus connus ont fermé dès 1918 (c’est le cas de celui de Carlisle, en Pennsylvanie), d’autres ont été ouverts. Le comité recueille des témoignages émanant d’une génération nouvelle d’anciens élèves ayant eu accès à l’éducation supérieure, parfois engagés dans la militance “Red Power” inspirée des Black Panthers et des mouvements anticoloniaux d’Afrique et d’Asie. L’enjeu continue d’être la réforme plus que l’abolition, avec en ligne de mire la prise de contrôle des établissements par les gouvernements tribaux élus dans les réserves. En 1968 le BIA contrôle directement ou nominalement 77 pensionnats scolarisant 35309 enfants, soit 23% de la population scolarisée de 6 à 18 ans (National Tragedy, 1969:xii). Une proportion grandissante d’établissements relève de ce régime mixte et sont des institutions fédérales gérées par les autorités des réserves. Certaines expériences se caractérisant par l’utilisation de personnels, de méthodes et de curriculums indigènes font l’unanimité (comme l’école-pensionnat de Rough Rock, Arizona). Elles restent exceptionnelles. Les pensionnats, autrefois associé à une élite, sont surtout identifiés comme des “dépotoirs” (dumping grounds) servant à évacuer les élèves amérindiens “à problèmes” des autres écoles. De nouveaux maux sont identifiés, dès lors que l’attention des autorités se détourne du problème des maladies infectieuse, mieux contrôlées sinon éradiquées, pour se concentrer sur les troubles mentaux. Les experts psychiatriques enquêtant sur les pensionnats ne se contentent pas d’identifier les pathologies “importées” des réserves et du milieu familial. Ils incriminent aussi le caractère pathogène des pensionnats eux-mêmes, et font pour cela usage de témoignages. Ils ont produit des questionnaires, certaines réponses ont été publiées, même sous forme anonymisée, et certaines des archives constituées à la suite de leur travail d’expertise sont parfois accessibles. Leurs publications relèvent donc de notre corpus. Ces travaux sont à l’époque relayés par une nouvelle presse indienne, qui s’ouvre également aux témoignages et à la polémique contre les pensionnats. La dénonciation des abus a toujours fait partie de la littérature de témoignage sur l’expérience scolaire. Elle se reformule dans les années 1970 en insistant sur de nouveaux aspects de ces violences, notamment sexuelles) et sur les conséquences de l’enseignement et de l’expérience vécus en terme d’estime de soi, d’équilibre mental, de déculturation, voire d’ethnocide, et sur ce qui lie ces phénomènes au colonialisme, quelle que soit la définition donnée à ce dernier terme. La critique des effets psychologiques délétères des pensionnats se trouve également portée par la polémique contre l’adoption des enfants indiens par des couples non-indiens. Elle est évoquée dans les débats menant au passage de la loi qui rend aux tribus le contrôle de l’adoption d’enfants indiens (Indian Child Welfare Act, 1978).

  • Indian Education: Hearings Before the Subcommittee on Indian Education of the Committee on Labor and Public Welfare, U.S. Senate, 91st Congress, 1st Session, Washington, D.C., GPO, 1969, 2 vol. https://eric.ed.gov/?q=%22Indian+Education%2c+1969.+Part+1%22&id=ED089889
  • Indian Education: A National Tragedy, a National Challenge (The Kennedy Report), Washington, DC, Government Printing Office, November 1969. https://eric.ed.gov/?id=ED034625
  • Indian Child Welfare Act of 1977 Hearing Before the United States Senate, Select Committee on Indian Affairs, Ninety-fifth Congress, First Session, on S. 1214 … August 4, 1977, GPO; 1977 https://www.google.fr/books/edition/Indian_Child_Welfare_Act_of_1977/v1oTAAAAIAAJ?hl=fr&gbpv=0&bshm=ncc/1
  • Une partie de la presse indienne née dans les années 1970 est consultable gratuitement en ligne
  • Littérature psychiatrique et psychothérapeutique sur les pensionnats 1950-1980
    • Erikson, Erik H., Childhood and society, W.W. Norton. 1950 https://archive.org/details/dli.ernet.19961/page/383/mode/2up?q=boarding
    • Krush, T. P., Bjork, J. W., , “Mental health Factors in an Indian Boarding School”, Mental Hygiene, 01 Jan 1965, 49, p. 94-103;
    • Krush, Thaddeus P., Bjork, J. W., Sindell, P. S., & Nelle, J., “Some thoughts on the formation of personality disorder: Study of an Indian boarding school population”, The American Journal of Psychiatry, 122(8) 1966, p. 868-876.
    • Bergman, Robert L., “Boarding Schools and Psychological problems of Indian Children”, Paper presented at the American Academy of Pediatrics Committee on Indian Health, May 15-16 1967.Bergman, R., & Goldstein, G. The model dorm: Changing Indian boarding schools. Window Rock, AZ: Navajo Area Indian Health Service, 1971; Goldstein, George S., “The Model Dormitory”, Psychiatric Annals, 4(11) 1974, p. 85-92; Robert L.
    • Bergman and George S. Goldstein, “The Model Dorm: Changing Indian Boarding Schools. Paper prepared for the A.P.A. 126th Annual Meeting, Honolulu, Hawaii, May 7-11, 1973.
    • Dlugokinski, Eric et Lyn Kramer. “A System of Neglect: Indian Boarding Schools.” American Journal of Psychiatry 131, no.6 (Jun 1974), p. 670-673.
    • Morton Beiser, “A Hazard to Mental Health: Indian Boarding Schools”, The American Journal of Psychiatry, 131, 3 (March 1973), p. 305-306.
    • Carolyn L. Attneave and Agnes Dill, “Indian Boarding Schools and Indian Women: Blessing or Curse?”, Report of the Conference on the Educational and Occupational Needs of American Indian Women, 1976, Washington, D.C., 1980.

Les pensionnats restent toutefois une institution défendue par une partie importante des populations amérindiennes. Lorsque la présidence de Ronald Reagan orchestre des coupes sombres dans les budgets du BIA, accompagnées de nouvelles évaluations et de nouvelles fermetures de pensionnats, les mesures suscitent ainsi une forte opposition de la part des familles et localités concernées. La résistance aux fermetures s’accompagne de commémoration et de bilans, propices à la constitution d’archives. En prévision du centenaire du pensionnat de Santa Fe en 1990 l’historienne Sally Hyer et Frank Tenorio, un ancien élève de cette institution, lancent ainsi en 1986 une campagne d’histoire orale parmi les anciens pensionnaires, dont des citations sont ensuite intégrées dans une exposition de photos.

  • 1982 Closing of Off-Reservation Boarding Schools. Hearings before the Select Committee On Indian Affairs. United States Senate, Ninety-Seventh Congress, Second Sesison, on the Bureau of Indian Affairs Proposal to Close Three Off-Reservation Boarding Schools (February 24, 1982), GPO, 1982.
  • Histoire orale du pensionnat de Santa Fe 1986-1987. https://nmarchives.unm.edu/repositories/22/resources/1776

À partir du milieu des années 1970, alors que les pensionnats amérindiens deviennent peu à peu une institution marginale dans le système scolaire fédéral (tout en restant un élément important du système scolaire privé), l’historiographie sur le sujet se développe. Histoire institutionnelle classique fondée sur des sources primaires issus du monde scolaire, elle se concentre sur les politiques scolaires ayant inspiré la création et le développement de ces établissements, ainsi que sur les méthodes appliquées dans chacun d’entre eux.

  • Keller, Robert H., Jr., “American Indian Education: An Historical Context”, Journal of the West 13(2) (1974), p. 75-82.
  • Adams, David Wallace, “The Federal Indian Board Environment and Response, 1879-1918)”, Ed.D. diss., Indiana University, 1975.
  • Szasz, Margaret Connell, “Federal Boarding Schools and the Indian Child: 1920-1960”, South Dakota History, 7(4) Winter 1976, p. 371-384.
  • Rubenstein, Bruce, “To Destroy a Culture: Indian Education in Michigan, 1855-1900”, Michigan History 60(2) (1976), p. 137-160.
  • Adams, David Wallace, “Education in Hues: Red and Black at Hampton Institute, 1878-1893,” South Atlantic Quarterly, 76(2) (Spring 1977), p. 159-176.
  • Trennert, Robert A. “Peaceably If They Will, Forcibly If They Must: The Phoenix Indian School, 1890-1901.” The Journal of Arizona History, vol. 20, no. 3, 1979, p. 297-322.
  • Trennert, Robert A. “‘And the Sword Will Give Way to the Spelling-Book’: Establishing the Phoenix Indian School.” The Journal of Arizona History, vol. 23, no. 1, 1982, pp. 35-58.
  • Trennert, Robert A. “Educating Indian Girls at Nonreservation Boarding Schools, 1878-1920.” The Western Historical Quarterly, vol. 13, no. 3, 1982, pp. 271-90.
  • Sally J. McBeth, Ethnic Identity and the Boarding School Experience of West-Central Oklahoma American Indians, Washington, DC, University Press of America, 1983.
  • McBeth, Sally J. “Indian Boarding Schools and Ethnic Identity: An Example from the Southern Plains Tribes of Oklahoma.” Plains Anthropologist 28, no.100 (1983), p. 119-128.
  • Hoxie, Frederick E., A Final Promise: The Campaign to Assimilate Indians: 1880- 1920. Lincoln: University of Nebraska Press, 1984.
  • Lomawaima, K. Tsianina. “Oral Histories from Chilocco Indian Agricultural School, 1920-1940.” American Indian Quarterly 11(3) (1987), p. 241-254.
  • Robert A. Trennert, The Phoenix Indian School: Forced Assimilation in Arizona, 1891-1935, Norman, University of Oklahoma Press, 1988.
  • Hyer, Sally, One House, One Voice, One Heart: Native American Education at the Santa Fe Indian School, Santa Fe, Museum of New Mexico Press, 1990.
  • Mihesuah, Devon A., Cultivating the Rosebuds The Education of Women at the Cherokee Female Seminary, 1851-1909, University of Illinois Press, 1993.
  • Berg, S. Carol, “Memories of an Indian Boarding School: White Earth, Minnesota, 1909-1945”, Midwest Review 11, (1989), p. 27-36.
  • Lomawaima, K. Tsianina, “Domesticity in the Federal Indian Schools: The Power of Authority Over Mind and Body”, American Ethnologist 20(2) (May 1993), p. 227-240.
  • Lomawaima, K. Tsianina, They Called It Prairie Light: The Story of Chilocco Indian School, Lincoln, University of Nebraska Press, 1994.
  • Hamley, Jeffery, “An Introduction to the Federal Indian Boarding School Movement”,North Dakota History 61, no.2 (1994), p. 2-9.
  • Ellis, Clyde, “There Are So Many Things Needed: Establishing the Rainy Mountain Boarding School, 1891-1900”, Chronicles of Oklahoma 72(4) (1994-95), p. 414-439.
  • Hultgren, Mary Lou et Paulette Fairbanks Molin. “Long Rides Across the Plains: Fort Berthold Students at Hampton Institute.” North Dakota History 61, no.2 (1994):10-36.
  • Lindsey, Donal F., Indians at Hampton Institute, 1877-1923, Urbana, University of Illinois Press, 1995.
  • Ellis, Clyde, To Change Them Forever: Indian Education at the Rainy Mountain Boarding School, 1893-1920, Norman, University of Oklahoma Press, 1996.
  • Child, Brenda J., “Runaway Boys, Resistant Girls: Rebellion at Flandreau and Haskell, 1900-1940”, Journal of American Indian Education 35 (Spring 1996), p. 49-57.
  • Lomawaima, K. Tsianina, “Estelle Reel, Superintendent of Indian Schools, 1898-1910: Politics, Curriculum, and Land”, Journal of American Indian Education 35 (Spring 1996), p. 5-31.
  • Jensen, Kathy, “Oneida Boarding Schools: An Oral History”, Voyageur: Northeast Wisconsin’s Historical Review 12(2) (1996), p. 34-40
  • Bloom, John. “‘Show What an Indian Can Do’: Sports, Memory, and Ethnic Identity at Federal Indian Boarding Schools”; Journal of American Indian Education 35 (Spring 1996), p. 33-48.
  • Dorothy R. Parker, Phoenix Indian School: The Second Half Century, Tucson, University of Arizona Press, 1996.
  • Barrett, Carole et Marcia Wolter Britton, “‘You Didn’t Dare Try to Be Indian’: Oral Histories of Former Indian Boarding School Students”, North Dakota History 64(2), Spring 1997, p. 4-25.
  • Riney, Scott, “’I Like the School so I Want to Come Back’: The Enrollment of American Indian Students at the Rapid City Indian School” American Indian Culture and Research Journal 22(2) (1998):171-192.
  • Riney, Scott, The Rapid City Indian School, 1898-1933, Norman, University of Oklahoma Press, 1999.
  • Chavis, Ben. “Off-Reservation Boarding High Schools Teachers: How Are They Perceived by Former American Indian Students?” Social Science Journal 36(1) (1999), p. 33-45.
  • Keller, Jean A. “In the Fall of the Year we were Troubled with Some Sickness: Typhoid Fever Deaths, Sherman Institute, 1904.” American Indian Culture and Research Journal 23(3) (1999), p. 97-117.
  • Goodburn, Amy. “Literacy Practices at the Genoa Industrial Indian School.” Great Plains Quarterly 19(1) (1999):35-52.
  • Child, Brenda J., Boarding School Seasons: American Indian Families, 1900-1940, Lincoln, University of Nebraska Press, 2000.
  • Cobb, Amanda J., Listening to Our Grandmothers’ Stories: The Bloomfield Academy for Chickasaw Females, 1852-1949, Lincoln, University of Nebraska Press, 2000.
  • Collins, Cary C., “The Broken Crucible of Assimilation: Forest Grove Indian School and the Origins of Off-Reservation Boarding-School Education in the West”, Oregon Historical Quarterly 101(4) (2000), p. 466-507.
  • Hoerig, Karl A., “Remembering our Indian School Days: The Boarding School Experience”, American Anthropologist 104(2) (2002), p. 642-646.
  • McBeth, Sally J. “The Primer and the Hoe.” Natural History Magazine 93(8) (August 1984), p. 4-12.
  • Metcalf, Ann, “From Schoolgirl to Mother: The Effects of Education on Navajo Women”, Social Problems 23(5) (1976), p. 535-544.
  • Reddick, SuAnn M., “The Evolution of Chemawa Indian School: From Red River to Salem, 1825-1885”, Oregon Historical Quarterly 101(4) (2000), p. 444-465.
  • Smith, Maureen. “Forever Changed: Boarding School Narratives of American Indian Identity in the U.S. and Canada.” Indigenous Nations Studies Journal 2(2) (2001), p. 57-82.
  • Davis, Julie. “American Indian Boarding School Experiences: Recent Studies from Native Perspectives.” Magazine of History 15 (2) (2001), p. 20-22. Accessible online: http://www.oah.org/pubs/magazine/deseg/davis.html#Anchor-America-28368
  • Jean A. Keller, Empty Beds: Indian Student Health at Sherman Institute, 1902-1922, East Lansing, Michigan State University Press, 2002.
  • Wile, Ruby. “Yakni Achukma, The School with a Soul: A History of the Goodland Indian Orphanage.” Chronicles of Oklahoma 80(4) (2002-03), p. 410-435.
  • Noel, Jana. “Education Toward Cultural Shame: A Century of Native American Education.”Educational Foundations 16, no.1 (Winter 2002), p. 19-32.
  • Grover, Linda LeGarde. “From Assimilation to Termination: The Vermilion Lake Indian School.” Minnesota History 58(4) (2002-2003), p. 224-240.
  • Vučković, Myriam, Voices from Haskell: Indian Students between Two Worlds, 1884- 1928, Lawrence, University of Kansas Press, 2008.
  • Jacobs, Margaret D., White Mother to a Dark Race: Settler Colonialism, Maternalism, and the Removal of Indigenous Children in the American West and Australia, 1880-1940, Lincoln, University of Nebraska Press, 2009.
  • Gilbert, Matthew Sakiestewa, Education Beyond the Mesas: Hopi Students at Sherman Institute, 1902-1929, Lincoln, University of Nebraska Press, 2010.
  • Bauer, William J., “Family Matters: Round Valley Indian Families at the Sherman Indian Institute, 1900-1945”, Southern California Quarterly 92(4à (2010), p. 393-421;

Il faut attendre le début des années 1990 pour que paraissent les premières synthèses et la première exposition d’ampleur traitant les pensionnats comme un phénomène national. C’est alors que le témoignage, écrit et oral, commence à être mobilisé et sollicité systématiquement. Plusieurs mouvements y contribuent. L’histoire orale est mise à contribution, à l’échelle du pensionnat ou de la réserve. Sont recueillis les témoignages d’anciens élèves au moment où arrive à maturité une littérature d’orientation psychothérapeutique qui voit dans l’expérience des pensionnats un élément majeur de la transmission intergénérationnelle de problèmes psychiatriques en pays indien. Les termes de trauma (historique, collectif, générationnel), de “deuil inachevé” (unresolved grief), de “syndrome du survivant” font leur apparition pour parler des pensionnats. Le fardeau psychologique porté par les descendants de survivants du génocide des Juifs d’Europe est également évoqué à titre comparatif. Le témoignage est mis au service de la guérison des individus et des collectivités, mais aussi intégré à des politiques de “guérison” (healing) et de réconciliation nationale. Cette approche psychiatrique de l’expérience scolaire s’inscrit dans une actualité très riche : célébration des cinq cents ans de l’arrivée de Christophe Colomb dans l’hémisphère occidental et année de la réconciliation aux États-Unis (1992-1994); commissions vérité et réconciliation en Amérique du Sud et en Afrique; rapport de la Commission royale sur les peuples autochtones, mise sur pied par Ottawa en 1991. L’expérience des pensionnats américains entre en effet en résonance avec celles des pensionnats d’autres ex-colonies anglophones, mais aussi avec la problématique de l’adoption ainsi qu’avec les mouvements indigènes et anticoloniaux contemporains. Il faut à ce propos faire une place particulière au scandale des residential schools du Canada et à son impact aux États-Unis (Cf. Dawson 2012). Au Canada, le témoignage lié aux abus sexuels au début des années 1990 est décisif dans la structuration d’un scandale des pensionnats, dont le contrôle dans ce pays a été délégué par le gouvernement fédéral aux églises chrétiennes. L’importance du témoignage, sollicité par la commission royale puis par une commission vérité et réconciliation, est redoublée ici par le recours massif à la sphère judiciaire. C’est d’autant plus vrai qu’une décision de la Cour suprême du Canada (Delgamuukw c. Colombie-Britannique, 1997) reconnaît alors, dans le contexte des procès portant sur les droits territoriaux amérindiens, l’égale dignité de l’histoire orale et de la documentation écrite en tant que preuves judiciaires. Des centaines d’actions en justice aboutissent alors à une sollicitation officielle de témoignages, suivie d’un règlement groupé des abus, et du paiement systématique de dommages et intérêts par l’État fédéral canadien. Les États-Unis n’avaient pas attendu leur voisin pour faire état de cas d’abus sexuels dans les pensionnats fédéraux, mais l’exemple canadien met en lumière, par contre-coup, les pensionnats dirigés par des églises au sud du 49è parallèle, qui avaient peu fait parler d’eux jusqu’alors. L’influence de la médiatisation de la trajectoire canadienne demanderait à être étudiée en détail, d’autant que celle-ci s’appuie sur la publication de témoignages autobiographiques individuels, qu’elle relance également. La poignée d’œuvres relevant de cette catégorie et qui ont été produites entre les années 1880 et 1910 fait alors l’objet d’une attention considérable dans les départements d’anglais et d’études amérindiennes du monde anglophone. Elles sont abordées comme un canon d’auteurs indigènes souvent revendiqués comme grands ancêtres par une nouvelle génération d’écrivains pratiquant à leur tour l’écriture de soi.

  • 1989 Final report and legislative recommendations: a report of the Special Committee on Investigations of the Select Committee on Indian Affairs, United States Senate. https://collections.lib.utah.edu/ark:/87278/s6wq02rh
  • 1995 Performance of Bureau of Indian Affairs off-reservation boarding schools : hearing before the Committee on Indian Affairs, United States Senate, One Hundred Third Congress, second session, on oversight hearing to review the performance of Bureau of Indian Affairs off-reservation boarding schools, June 10, 1994, Washington, DC. , GPO, 1995, p. 21-22 https://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=pur1.32754066161971&view=1up&seq=27&skin=2021
  • 1993 Michael C. Coleman, Indian Children at School, 1850-1930 (Jackson: University Press of Mississippi, 1993);
  • 1995 David Wallace Adams, Education for Extinction: American Indians and the Boarding School Experience, 1875-1928 (Lawrence: University Press of Kansas, 1995);
  • 1995 Exposition du Heard Museum de Phoenix, Arizona
    • “Remembering Our Indian School Days The Boarding School Experience”, 1995 https://heard.org/boardingschool/roisd/
    • catalogue de l’exposition: Margaret L. Archuleta, Brenda J. Child et K. Tsianina Lomawaima, Away from Home: American Indian Boarding School Experiences, 1879-2000, Heard Museum, 2000.
    • exposition mise à jour en 2005: “Away from Home: American Indian Boarding School Experiences, 1879-2000” [2000- 2005]. https://boardingschool.heard.org/
    • 1997- ouvrages sur les pensionnats privés mobilisant l’histoire orale
  • 1995 Irwin, Marc H. et Roll, Samuel, “The psychological impact of sexual abuse of Native American boarding school children”, Journal of the American Academy of Psychoanalysis, 23(3) (1995), p. 461-473.
  • 1996 Rapport de la Commission royale sur les peuples autochtones https://www.bac-lac.gc.ca/fra/decouvrez/patrimoine-autochtone/commission-royale-peuples-autochtones/Pages/rapport.aspx
  • 1997- ouvrages sur les pensionnats privés mobilisant l’histoire orale
    • Carroll, James T., “Americanization Or Indoctrination: Catholic Indian Boarding Schools”, PhD Diss., Notre Dame, Indiana, July 1997.
    • Carroll, James T., Seeds of Faith: Catholic Indian Boarding Schools, New York, Garland Publishing, Inc., 2000.
    • Schillinger, Sarah, They Never Told Us That They Wanted to Help Us: An Oral History of Saint Joseph’s Indian Industrial School, History Department, University of Pennsylvania, 1995.
    • Schillinger, Sarah, A Case Study of the American Indian Boarding School Movement: An Oral History of Saint Joseph’s Indian Industrial School, Lewiston, NY, Edwin Mellen, 2008.
    • Giago, Tim A. The Aboriginal Sin: Reflections on the Holy Rosary Indian Mission School (Red Cloud Indian School), San Francisco, Indian Historian Press, 1978;
  • Giago, Tim 1994 “Catholic Church Can’t Erase Sins of the Past.” Indian Country Today, 15 décembre 1994, p. A4 2012 Alexander S. Dawson, “Histories and Memories of the Indian Boarding Schools in Mexico, Canada, and the United”, Latin American Perspectives, 39(5) (September 2012), p. 80-99.

Signe de cette synchronisation des situations canadienne et étatsunienne, la découverte de milliers de restes humains à proximité du pensionnat (alors fermé) de Kamloops, en Colombie britannique, suscite en 2021 une vague d’indignation internationale et provoque l’année suivante la création par le secrétariat de l’Intérieur des États-Unis d’une “initiative pour la vérité sur les pensionnats fédéraux indiens” (Federal Indian Boarding School Truth Initiative). Il s’agit de recenser les établissements ayant accueilli des pensionnaires amérindiens, pour mieux localiser les tombes des pensionnaires qui y sont morts. Ce mouvement converge avec des initiatives de collecte, numérisation, mise en ligne, mise en exposition et en musée d’archives des pensionnats, qui prennent en charge la compilation de listes et l’identification de sépultures. Des rapatriements de corps dans les réserves d’origine ont déjà eu lieu dans les années 2010, dans l’esprit de la loi de protection et de rapatriement des tombes amérindiennes (National Graves Protection and Repatriation Act, 1990). Certains établissements privés s’efforcent de devancer la critique en mettant eux-mêmes en place des initiatives d’identification de tombes et d’élèves. Dans la réserve de Pine Ridge, l’école catholique Red School lance ainsi un processus de “vérité et guérison” (Truth and Healing) impliquant la constitution d’archives consultables par les anciens élèves et leurs familles.

Our Spirits Don’t Speak English: Indian Boarding School

Boarding School Healing

La place que prendront dans ces collections physiques et virtuelles de nouveaux enregistrements de témoignages n’est pas claire, mais ceux-ci semblent souvent y céder le pas aux archives papier des écoles. La question de leur influence sur la manière dont l’histoire des pensionnats s’écrira est également posée. Dans les années 1990 et 2000 déjà, la polémique contre les pensionnats traversait certains programmes d’histoire orale qui n’étaient pas focalisés sur eux mais amenaient leur participant à en parler par l’évocation du trauma (cf. “Wisdom of the Elders” https://wisdomoftheelders.org). De même, l’influence des programmes de collecte était visible dans la publication d’ouvrages autobiographiques confrontant les récits à la première personne de plusieurs anciens élèves (Penman 2000). Le rôle des mémoires publiées par des grands noms de la scène littéraire amérindienne souvent résumé sous le vocable de “Renaissance indienne” (Native American Renaissance) est également incertain, de même que celui des récits de fiction et pièces de théâtre mettant en scène les pensionnats (cf. Harjo 2012). Quant à l’histoire des récits autobiographiques mentionnant le sujet et publiés après la Deuxième Guerre mondiale, elle reste largement à faire, tout comme l’histoire globale des pensionnats comme expérience écrite et linguistique. Le rôle des pensionnats dans la création d’un “anglais indien”, langue commune aux réserves, a été noté plusieurs fois sans faire l’objet d’une recherche systématique. On manque d’études qui replaceraient l’enseignement des pratiques de l’écrit en pensionnat dans les “carrières d’écriture” d’une cohorte d’anciens élèves. L’étude croisée des corpus écrits et vidéo de témoignages touchant à l’expérience scolaire amérindienne pourrait à cet égard s’avérer particulièrement féconde.

  • Penman, Sarah, dir., Honor the Grandmothers: Dakota and Lakota Women Tell, Minnesota Historical Society Press, 2000.
  • Harjo, Joy, Crazy Brave: A Memoir, W. W. Norton & Company, 2012.
  • Autobiographies mentionnant les pensionnats après la Deuxième Guerre mondiale
    • Richard Wagamese, Indian Horse (traduit sous le titre de Cheval Indien puis de Jeu blanc en français), Douglas & McIntyre, 2012
    • Krupat, Arnold et Brian Swann, I tell you now: autobiographical essays by Native American writers, University of Nebraska Press, 2005. https://archive.org/details/itellyounowautob00swan/page/n5/mode/2up
    • Me and Mine: The Life Story of Helen Sekaquaptezwa, as told to Louise Udall, Tucson, University of Arizona Press, 1969.
    • Shaw, Anna Moore, A Pima Past, University of Arizona Press, 1974, p. 132-47.
    • Polinguasi Qoyawayma (Elizabeth Q. White), No Turning Back: A True Account of a Hopi Indian Girl’s Struggle to Bridge the between the World of Her People and the World of the White Man, as told to V F. Carlson, Albuquerque, U of New Mexico Press, 1999 [1964].
      • Cox, Alicia. “Remembering Polingaysi: A Queer Recovery of No Turning Back as a Decolonial Text”, Studies in American Indian Literatures 26(1) (2014), p. 54-80.
    • Jim Whitewolf: The Life of a Kiowa Apache Indian, ed. Charles S. Brant, New York, Dover, 1969, p. 83-97.
    • Yava, Albert, Big Falling Snow: A Tewa-Hopi Indian’s Life and Times and the History and Traditions of His People, ed. Harold Courlander, Albuquerque, University of New Mexico Press, 1981, p. 12-19.
    • Stewart, Irene, A Voice in Her Own Tribe: A Navajo Woman’s Own Story, ed. Doris Ostrander Dawdy, Socorro, NM, Ballena Press, 1980, p. 15-21.
    • Fortunate Eagle, Adam, Pipestone: My Life in an Indian Boarding School, Norman, University of Oklahoma Press, 2010.
    • Northrup, Jim, Anishinaabe Syndicated: A View from the Rez, St. Paul, Minnesota Historical Society Press, 2011.
  • Les pensionnats dans fiction amérindienne contemporaine
    • Bensen, Robert, Children of the Dragonfly: Native American Voices on Child Custody and Education, University of Arizona Press, 2001 (pour Luci Tapahonso, “The Snakeman” (1978)).
    • N. Scott Momaday, The Indolent Boys (c. 1992) (pièce de théâtre).
    • Hanay Geiogamah, Foghorn (1973) (pièce de théâtre).
    • Leslie Marmon Silko, Gardens in the Dunes (1999).
    • sur le rapport complexe et évolutif de la représentation des pensionnats dans l’œuvre d’une romancière amérindienne, cf. Miriam Schacht, “Games of Silence: Indian Boarding Schools in Louise Erdrich’s Novels”, Studies in American Indian Literatures, Volume 27, Number 2, Summer 2015, p. 62-79
  • Dundes, Alan et C. Fayne Porter, “American Indian Student Slang”, American Speech, 38(4) 1963, p. 270-77.
  • Spack, Ruth, America’s Second Tongue: American Indian Education and the Ownership of English, 1860-1900, Lincoln, University of Nebraska Press, 2002.

Enfin, malgré l’existence d’archives locales, ces projets reposent souvent sur la mobilisation des archives fédérales conservées dans les différents centres de la National Archives and Records Administration (NARA). Si l’immense majorité de ceux-ci ne sont consultables que sur papier, un très grand nombre a cependant été mis en ligne. Il peut s’agir de matériaux très divers: registres, correspondence, matériau pédagogique, photographies, etc. La Smithsonian Institution a également rendu accessible divers documents numérisés, dont des dessins.

Une très grande diversité des matériaux écrits à la première personne peuvent donc servir de source à l’étude de l’expérience amérindienne des pensionnats. Écrits d’enfants ou d’adultes, de quasi-anonymes ou de célébrités, transcriptions de prises de paroles ou textes littéraires, ces textes ont fait l’objet, à des titres divers, de numérisation et de mise en ligne. Ils forment un corpus protéiforme et en partie fragile étant donné le temps de vie de certains sites web, mais ils sont également susceptibles d’appuyer une grande variété d’enquêtes.



Citer ce billet
thomasgrillot (2023, 19 novembre). Écriture de soi et témoignage oral, sources pour l’histoire de la scolarisation en pensionnat des enfants amérindiens. Réfugier Enfance Violence Exil. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tjwx

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search