Représentation des guerres dans l’album de jeunesse

La littérature de jeunesse en France, en tant que champ littéraire spécifique destiné à un public défini par son âge et régi par la loi du 16 juillet 1949, s’inscrit dans des cadres hautement surveillés où peuvent s’exercer différentes formes d’interdictions, voire d’autocensure, et où l’audace de la pensée trouve parfois des chemins de traverse pour s’imposer. Il arrive que dans d’autres aires géographiques, elle s’encombre moins ou plus d’interdits. Dans le même temps et un peu partout dans le monde, les littératures de jeunesse ont acquis une légitimité et une complexité qui les autorisent à aborder des sujets jugés délicats, voire tabous, par les sociétés. Mais jusqu’où s’aventurent-elles ?
De ce point de vue, il est intéressant de considérer comment, dans les albums à destination de la jeunesse, des créateurs-trices ont mis en scène textuelle et iconique telle guerre du 20-21e siècle ou l’état de guerre (lorsque cette dernière demeure indéfinie d’un point de vue spatio-temporel), ainsi que la thématique de l’exil forcé, dès lors que celui-ci touche directement des enfants et qu’il est une conséquence directe des guerres ou des violences politiques.



Citer ce billet
María de los Ángeles HERNÁNDEZ GÓMEZ (2023, 13 septembre).  Représentation des guerres dans l’album de jeunesse. Réfugier Enfance Violence Exil. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tjwv

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search