Soirée de clôture de l’exposition Mer Navires et Avions du 7 décembre 2022

 

 

La soirée s’est tenue en présence d’une quarantaine de personnes

La comédienne Nadia Moussa a lu des textes de jeunes Algériens « venus en France » dans les années 1950. Elle a lu également des textes qui, dans la littérature contemporaine de langue française, évoquent d’autres parcours d’exil, retracent des expériences adolescentes de traversées ou interrogent l’(in)hospitalité de nos sociétés, mais aussi la manière dont la littérature peut, elle, réfugier.

Consulter les textes lus ici

Par ailleurs, deux jeunes auteurs, qui ont fait « de leur vécu et de leur révolte un matériau poétique», ont échangé sur leurs expériences et liront des extraits de leurs textes : Falmarès et Stephen Ngatcheu.

Falmarès, après avoir quitté seul et tout jeune sa Guinée-Conakry natale, publie en France ses premiers recueils poétiques alors qu’il est encore lycéen, puis étudiant (Soulagements 1 et 2 et Lettres griotiques, éd. Les Mandarines, 2018, 2020 et 2021), devenant un « réfugié poétique » qui « écrit de si fort loin » (Falmarès).

Stephen Ngatcheu est parti du Cameroun pour, après un long périple, s’installer à Chambéry où il est à la fois étudiant en alternance et rugbyman. Son récit autobiographique, Chez moi ou presque… (Dacres éd., 2020), écrit à 17 ans, retrace ce parcours, mais aussi l’installation en France, la vie qui s’y construit, et s’écrit « à travers l’univers, pour les enfants de la terre » (S. Ngatcheu).

C’est cette littérature qui vient que la rencontre-lecture du 7 décembre propose d’explorer, pour nous faire entendre l’expérience de l’« enfant devenu homme par la force des marées et des vents » (Falmarès).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search