Présentation et programme du colloque

Présentation

En janvier 1939, le photographe André Friedman, plus connu sous le nom de Robert Capa, assiste en Catalogne à l’exode républicain. À Barcelone, alors que la ville est sur le point de tomber aux mains des rebelles nationalistes, il fixe sur la pellicule de son Leica le désordre et l’improvisation d’un centre de réfugiés en transit. Un de ses clichés devenus célèbres s’attarde sur une fillette emmitouflée dans une veste d’adulte. Cette enfant, qu’on dirait perdue au milieu d’une marée humaine, rappelle à quel point la Guerre d’Espagne modifie les structures familiales en éloignant les enfants de leurs foyers, de leurs écoles ou de leurs amis. D’abord évacués de Madrid vers la région de Valence, les enfants le seront ensuite en France, en Angleterre, en Belgique, au Mexique, en Union Soviétique, en Suisse, dans les pays scandinaves ou encore en Hollande. Leur nombre est estimé à plus de 30 000. Le gouvernement franquiste mènera alors d’intenses campagnes de propagande, surtout en direction des enfants exilés en Russie, afin d’obtenir leur rapatriement. Ceux qui ne pourront faire autrement que passer sous les fourches caudines du nouveau régime seront, dans le meilleur des cas, confiés aux soins de l’Auxilio Social, la structure sanitaire qui s’inspire de la Winterhilfe nazie. Au dénuement absolu des autres, condamnés parfois à errer, s’ajoutera l’opprobre d’être fils ou fille de rojo [rouge]. La Guerre d’Espagne entraîne également une mortalité infantile considérable due à la fois aux opérations militaires ainsi qu’à la sous-nutrition ou au manque d’hygiène. Les rescapés en garderont fréquemment des séquelles physiques. Néanmoins, on se gardera de penser que les enfants de la Guerre d’Espagne n’ont été que des victimes d’un conflit qui les dépassait. Instrumentalisés par les idéologies dominantes, ils en ont parfois également été des acteurs, certes involontaires, comme en attestent les moyens mis en œuvre pour leur enrôlement, principalement dans le camp nationaliste mais qu’on aurait tort de négliger – ils sont encore mal connus – dans le camp républicain. La recherche sur la Guerre d’Espagne a trop longtemps pâti d’un regard unilatéral pour qu’on ne prenne pas la peine de mettre en garde contre une simplification historiographique.

C’est donc dans une perspective qui s’attachera à croiser les regards, les sources ainsi que les approches méthodologiques – démarche inhérente au projet « Enfance Violence Exil » (EVE) -, que nous nous proposons d’inscrire ce colloque consacré aux expériences et aux représentations culturelles de l’enfance pendant la Guerre d’Espagne. Ces journées permettront d’aborder les thèmes suivants : récits d’expérience, « production » d’enfants, évacuation et exil des enfants, endoctrinement de la jeunesse et représentations culturelles de l’enfance.

Programme

Jeudi 9 juin

9 h 30 Accueil

10 h 00 Ouverture du colloque par Didier Jourdan (Directeur de l’IUFM d’Auvergne), Mathias Bernard (Doyen de l’U.F.R. Lettres, Langues et Sciences Humaines), Jean-Philippe Luis (Directeur adjoint du CHEC) et les responsables scientifiques du colloque, Didier Corderot (IUFM d’Auvergne, CHEC) et Danièle Corrado (U.F.R. Lettres, Langues et Sciences Humaines, CELIS)

Vivre, survivre

10 h 30 Présentation par Catherine Milkovitch-Rioux (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand II) : « Enfances en guerre : expériences et représentations culturelles »

11 h 15 Rose Duroux (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand II) : « Frontières d’enfances »

11 h 45 Bénédicte Mathios (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand II) : « Poétique de la survie : trois poètes et une romancière regardent leur enfance en guerre »

L’écriture et la vie

14 h 30 Verónica Sierra Blas (Universidad de Alcalá de Henares) : « Los niños de Stalin. Cartas y otros escritos de la infancia española evacuada a Rusia durante la Guerra Civil » [Les enfants de Staline. Lettres et autres écrits d’enfants espagnols évacués en Russie pendant la Guerre d’Espagne]

15 h 30 Jesús Alonso Carballés (Université Michel de Montaigne – Bordeaux-III) : « L’exil ou la découverte d’un nouveau monde ».

16 h 15 Célia Keren (EHESS) et Alicia Pozo-Gutiérrez (University of Southampton) : « Des cahiers d’enfants aux souvenirs de vieillesse : les récits de vie des enfants espagnols réfugiés en 1940 et en 2008 »

Vendredi 10 juin

Enfant, identité et pouvoir

9 h 00 Ángela Cenarro Lagunas (Universidad de Zaragoza) : « Memorias de la posguerra : Los niños del Auxilio Social » [Mémoire de l’après-guerre : les enfants du Secours Social]

10 h 00 Karine Lapeyre (Université Paris IV- Sorbonne) : « Los Pioneros : l’avenir d’une société communiste ».

11 h 15 Danielle Corrado (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand II) : « Récits d’enfance et discours identitaires »

“Sage comme une image”

14 h 00 Antonio Martín (Éditeur, historien et chercheur, Barcelone) : « Revistas infantiles durante la guerrra civil » [Les revues enfantines pendant la guerre d’Espagne]

15 h 00 Didier Corderot (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand II) : « Mari-Pepa chez les rouges puis dans l’Espagne bleue ou les tribulations fictionnelles d’une fillette pendant la Guerre d’Espagne ».

15 h 30 Viviane Alary (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand II) : « Chicos, une revue pour enfants entre propagande, édulcoration et divertissement (1938-1945) ».


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
María de los Ángeles HERNÁNDEZ GÓMEZ (13 avril 2022). Présentation et programme du colloque. Réfugier Enfance Violence Exil. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tjw0


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search