Résumés des communications

Anja Bandau (Leibniz Universität Hannover) : L’Aîné des orphelins de Tierno Monénembo et la mémoire troublée du génocide

L’Aîné des orphelins de l’auteur guinéen Tierno Monénembo est publié en 2000 dans le cadre du projet “Ruanda: écrire par devoir de mémoire”. Ce roman reconstitue la trajectoire du protagoniste Faustin Nsenghimana qui a 10 ans au début du génocide: il raconte les évènements et étapes de sa vie entre 10 et 15 ans depuis la perspective de ce jeune protagoniste. On est confronté à la mémoire d’un survivant du génocide qui ne s’en souvient plus et qui réprime les événements avec acharnement.

Monénembo met en scène des systèmes normatifs concurrents qui ne sont plus adaptés à la situation postcoloniale et post-génocidaire.  Une première hypothèse consisterait à dire que le genre du bildungsroman permet d’aborder les différentes oppositions binaires qui constituent le discours sur le génocide: victime – bourreau, enfant – adulte, maturité – immaturité – etc.). C’est en effet la perspective de l’adolescent qui permet de les brouiller pour aller au-delà.

Julia Blandfort (Universität Regensburg) : Rétrospective d’un peuple errant: Enfances tsiganes oppressées par l’Holocauste

Depuis leur arrivée en Europe lors de la transition du Moyen âge à l’Epoque moderne l’histoire du peuple des Roms a été marquée par des actes de violence et de haine qui culminaient dans le Holocauste. La politique raciale symbolise pour eux la négation de droit de vie et la condamnation collective à mort dont les conséquences physiques et psychologiques perdurent.

En terme littéraire, le Holocauste a eu un double impacte sur les littératures roms. Premièrement, la volonté de témoignage a causé une production assez importante d’autobiographies des survivants surtout en langue allemande. Alors que cette influence est moins dominante en France le deuxième effet peut être perçu dans la littérature rom de langue française ainsi que dans d’autres pays: le sujet de persécution et d’internement pendant la Deuxième Guerre mondiale figure dans beaucoup d’autobiographies, d’autofictions et de romans. La communication étudiera comment les textes écrits par des auteurs roms tente d’intégrer ces expériences dans la mémoire culturelle rom. En outre, elle mettra à l’épreuve le parallèle avec le peuple Juif tirée dans le titre de la communication elle-même.

Eléonore Diarra  (Universität Hamburg) : Les voix et les figures de l’enfance – Quelles représentations dans la fiction sur le génocide des Tutsis?

Si l’on s’intéresse à la relation entre l’enfance et le texte, trois grandes catégories d’écrits sont à distinguer: les textes écrits par des enfants et adolescents, ceux écrits pour les enfants et enfin les textes prenant l’enfance pour sujet.

La première catégorie d’œuvres, où le lien entre texte et enfance s’établit par le statut d’auteur de l’enfant, réunit un nombre important d’écrits ayant valeur de témoignage, rédigés par des adolescents ou jeunes adultes ayant survécu au génocide jeune et que le souvenir ramène à une enfance terrifiante de violence, comme c’est le cas pour Révérien Rurangwa, Annick Kayitesi ou Berthe Kayitesi.  Le deuxième groupe de textes, bien plus restreint et encore inexploré, réunit les écrits destinés aux jeunes lecteurs, sans nécessairement prendre l’enfance comme thème. On notera, par exemple, le conte de Pierre Calame «Les Héritiers du pays des collines », qui présente l’histoire du Rwanda de la colonisation à la fin du génocide sous la forme d’un conte africain.

Le troisième groupe de textes comporte les écrits sur les enfants (par là, je comprends les textes dont les personnages enfants s’établissant comme figures principales du texte diffèrent des auteurs). Dans ces textes en grande partie fictionnels, les représentations de l’enfance dépassent le statut d’enfant-victime, témoin de la barbarie génocidaire tel qu’il est présenté dans les témoignages. Outre  son statut de victime et de témoin, l’enfant y devient acteur de violence.

C’est sur ces textes fictionnels que portera mon analyse. Le but de cette intervention, qui s’appuiera principalement sur deux courts romans et une nouvelle, sera d’analyser les différentes figures de l’enfance en fiction et de s’interroger sur les stratégies textuelles utilisées pour exprimer la parole de l’enfant victime et de l’enfant bourreau face à la violence du génocide.

Hartmut Duppel (Universität Regensburg) : La résistance en paroles – Témoignages clandestins du camp de Buchenwald -1942-1945

En 1946, l’ancien déporté et détenu du camp de concentration de Buchenwald, André Verdet, a publié l’Anthologie des poèmes de Buchenwald qui contient une cinquantaine de poèmes que Verdet a rassemblés pendant sa détention à Buchenwald. Plus de 50 ans plus tard – en 2001 – Roger Foucher-Créteau qui était également prisonnier à Buchenwald a publié une collection d’environ 80 textes qui, eux aussi, ont été écrits à Buchenwald.

L’analyse que nous proposons s’attachera à l’étude des textes à partir de la question fondamentale suivante: Comment arrive-t-on à trouver des moyens d’expression pour décrire

ce monde inimaginable que David Rousset a appelé «l’univers concentrationnaire»? Notre objectif sera de démontrer à l’exemple de quelques passages que les auteurs se servent de plusieurs moyens pour dire l’indicible, quelque paradoxal que cela puisse paraître. On s’intéressera particulièrement à la question de savoir comment les auteurs des textes du corpus arrivent à transmettre les sentiments de douleur et de souffrance à travers de leurs textes. A la recherche d’une langue de la souffrance on examinera les isotopies dominantes des textes. Ainsi est-il possible de montrer les influences de la violence du quotidien concentrationnaire sur la littérature.

Ottmar Ette (Universität Potsdam) : Catastrophes – conflits – convivence. Le Savoir SurVivre de la littérature

Au fond, nous le savons tous: les littératures du monde ne se limitent pas à une simple fonction de mémoire mais s’inscrivent dans une fonctionnalité complexe et poly-logique qui s’ouvre sur une dimension fondamentalement prospective. En même temps, les littératures du monde ne nous parlent pas de la réalité – en termes d’Erich Auerbach: d’une mimesis en tant que dargestellte Wirklichkeit – mais de différentes réalités vécues et (dans le cas des catastrophes et des conflits violents) survécues.

Il s’agit donc d’explorer à fond cette capacité fondamentale et à la fois singulière des littératures du monde de produire un Savoir de la vie et un Savoir SurVivre qui parcourent tout acte d’écriture depuis l’épopée de Gilgamesh. En quel sens et de quelle façon l’écriture est-elle fondée sur une transformation de la violence? Et au-delà du paradigme de la mémoire, comment saisir les défis et les épistémologies que nous proposent les littératures du monde?

Isabell Galichon (Universités Bordeaux 3/Clermont-Ferrand) : « L’enfant des camps » comme figure paradigmatique radicale de la vulnérabilité

Au mois de septembre 2011, paraissaient trois essais en France portant sur de nouvelles approches de l’idée de vulnérabilité: La vulnérabilité, une nouvelle catégorie morale?, Eléments pour une éthique de la vulnérabilité, Que faire de notre vulnérabilité?. A partir des travaux menés par les trois philosophes, respectivement Nathalie Maillard, Corine Pelluchon et Guillaume Le Blanc, dans le champ de l’éthique et de la philosophie politique et sociale, nous proposerons d’appréhender la figure de «l’enfant des camps» sous l’angle de sa fragilité et de la précarité de sa vie. Nous tenterons de caractériser les différentes formes de vulnérabilité auxquelles il est confronté et tâcherons d’analyser les réponses dont il dispose pour faire face à cette vulnérabilité, à travers les théories du care.

L’actualité éditoriale nous soumet comme texte d’analyse les Poèmes écrits à Berge-Belsen en 1944 en sa treizième année, de Uri Orlev. Ce recueil vient en effet d’être traduit en français, après une première édition en 2005, en version bilingue, polonais-hébreux, présenté par Catherine Coquio et Aurélia Kalisky dans leur ouvrage de référence, L’enfant et le génocide.

Katrin Hoffmann   (Universität Hamburg) : Le souvenir en devenir – La position de l’enfant, stratégie d’actualisation dans les récits lazaréens de Jean Cayrol

Jean Cayrol, écrivain déporté à Mauthausen-Gusen en 1943, est parmi les premiers à s’interroger sur les impacts de l’événement concentrationnaire sur la production littéraire. Pour lui, il est incontestable que la littérature porte désormais l’empreinte des camps et c’est de ces réflexions que naissent ses fictions dites «lazaréennes», qui mettent en œuvre «une façon particulière d’écrire, de sentir, d’approcher».

Faire croiser les récits lazaréens et le concept d’enfant semble être une entreprise osée, mais pourtant elle est féconde. Mais quelles sont les raisons d’une telle rapproche ?

L’importance de l’imagination, l’avidité perceptive, la naïveté et l’inquiétude représentent non seulement des aspects qui déterminent la manière enfantine d’approcher le réel, mais ils s’appliquent aussi bien aux personnages qu’aux lecteurs de l’oeuvre cayrolienne. Dans la mesure où il s’agit d’un être en devenir, le Lazaréen devient un «personnage-enfant», son récit, qui ne cesse de se construire au cours de la narration, se transforme en «récit-enfant» qui, pour sa part, ne manque pas d’avoir des répercussions sur le lecteur: ce dernier reste sans repères devant un monde fictionel privé de toute prévisibilité, et pourtant c’est précisément dans cet état de non-savoir que réside tout potentiel d’actualisation des récits lazaréens.

Ainsi, la notion d’enfant servira de mot-matrice qui nous permet de dégager, à travers les différents niveaux du texte, les méchanismes qui rassurent un souvenir en devenir perpétuel. En même temps, cette approche nous permettra de mieux saisir cette contamination de la vie par l’expérience concentrationnaire dont parle Cayrol.

Aurélia Kalisky (Paris) : Quand tremblent les pactes. La fiction comme « essence » de l’autobiographique dans les poétiques de l’enfance traquée

Dans son Journal de Galère, Imre Kertész résumait en 1984 un des sens profonds de l’écriture de son « roman testimonial » sous la forme d’un paradoxe : « Le plus autobiographique dans ma biographie est qu’il n’y a rien d’autobiographique dans Etre sans destin. Ce qui est autobiographique c’est comment j’ai, au nom de la Vraisemblance, laissé de côté tout ce qui était autobiographique ». Une décennie plus tard, Georges-Arthur Goldschmidt essayait, sur un mode non moinsparadoxal, de repenser l’autobiographique à l’aune du testimonial : «La situation autobiographique », écrivait-il dans « l’Etonnement
d’être » (1995), « n’entraîne nullement une quelconque autobiographie. C’est exactement le point où débute la fiction, où elle se substitue au témoignage ». Ces deux interprétations des relations entre «témoignage », « fiction » et « autobiographie » seront pour nous le
point de départ d’une réflexion sur certains textes d’auteurs qui furent enfants cachés ou en fuite pendant le génocide de Juifs d’Europe.

Le jeu subtil de croisement, de recouvrement partiel, voire de mise en contradiction entre pacte autobiographique et pacte testimonial est peut-être l’un des traits distinctifs à part entière du témoignage littéraire. Mais l’expression artistique des enfants survivants de la
Shoah a quelque chose de singulier, qui fait vibrer la littérature de manière tout à fait unique. Elle doit nécessairement construire un pont entre le témoignage (stricto sensu) et l’imaginaire. Entre l’expérience et le vécu. Entre le strictement autobiographique et
l’intégralement fictionnel. Cette singularité tiendrait-elle à un ensemble de traits qui séparerait la mémoire enfantine de l’événement de celle d’une mémoire adulte ? Si cette singularité de la perception des enfants existe, définit-elle pour autant une ressemblance dans leur écriture, une parenté littéraire, ou mieux encore, des traits poétiques communs ?
Ce n’est qu’avec un certain recul que l’on peut voir se dessiner une « famille » littéraire, caractérisée par une certaine poétique, elle-même née d’une certaine expérience de la vie et d’une pratique de la littérature. Si une telle poétique de l’enfance traquée existait, elle se caractériserait au premier abord par un trait « négatif », soit par la mise en défaut de tout pacte stable. Existe-t-il une telle famille des enfants cachés, et une poétique commune de l’enfance traquée ? Et comment voir dans la mise en défaut des pactes une forme
de poétique « positive » ? Nous explorerons l’hypothèse d’une « poétique du tremblement », qui confèrerait aux textes littéraires nés de l’expérience de l’enfance traquée une forme toujours composite, complexe, voire problématique, mais une forme renouvelant profondément la littérature au XXe et XXIe siècle.

Suzanne Kaplan (Uppsala University) : Children in Genocide: Extreme traumatization and affect regulation

Videotaped in-depth interviews with Holocaust child survivors and subsequent interviews with child survivors from the Rwanda genocide 1994 have created the base for an extensive research project on extreme traumatization. The psychological phenomena identified in the interviews concern memory images and affects – what and how the interviewees present their life stories. A conceptual model about trauma- and generational-linking processes—the ‘affect propeller’ will be presented. This model may be seen with the different expressions of affect regulation as an illustration of how complex the psychological processes are for every survivor of extreme trauma. The model may also be used as an analytic tool for the temporary present focus of the affect regulation of an individual as part of the trauma process. Transformation of traumatic experiences into narratives that may be integrated in one’s own life history and thereby prevent silence will also be discussed.

Judith Kasper (Universitäten Potsdam/München) : Fort – da. Le trauma, le jeu et la littérature

«Enfant» vient du latin «infans»: le petit enfant, muet ou balbutiant; ce qui définit l’enfant depuis toujours dans son rapport avec la langue, et indique un stade ou un moment pré-symbolique du linguistique. La littérature en garde une mémoire spécifique dans la mesure où elle a lieu exactement là où la parole rencontre encore une fois son propre mutisme, son propre balbutiement. Si nous acceptons l’idée d’une «poétique de l’enfance» (Coquio/Kalisky), ce n’est donc pas tellement dans le sens d’un discours forgé à partir d’une perspective enfantine, mais plutôt comme ce qui est essentiellement « enfant » dans la littérature en tant que telle.

Face au génocide (mais un « face » au génocide n’est-il pas douteux?), l’«être-enfant de la littérature» déjoue depuis toujours l’idée d’un savoir à ce sujet (fût-il partiel ou complet, acquis ou manquant et donc encore à acquérir), car l’enfant, tout comme l’adulte, assistant à une atrocité ou subissant une perte, n’a pas les moyens d’en entrevoir l’impacte réel. Dans un premier moment – et ceci est particulièrement vrai pour les enfants – les petits drames quotidiens et les effets atroces d’un génocide programmé risquent de ne pas se distinguer au niveau de la psyché qui en est affligée. Ce n’est que plus tard, après coup, que, la perspective changeant, le trauma survient comme un décalage insurmontable entre l’expérience, la réaction immédiate à cette expérience et le savoir acquis a posteriori.

S’il y a une position spécifique de la littérature dans ce contexte, position qui la distinguerait de l’état des lieux et de la documentation (même si la littérature y a toujours contribué), c’est qu’elle s’installe justement dans ce clivage déchirant et cherche, avec ses moyens spécifiquement poétiques et de manière toujours inédite, à instaurer, un rapport à cette absence-de-rapport entre l’expérience enfantine et le savoir adulte. Dans mon intervention j’interrogerai ce rapport à l’absence-de-rapport entre enfance et savoir, entre mutisme et parole à partir d’une lecture croisée entre Freud, Perec, Kertèsz et Goldschmidt.

Émilie Lochy (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : La représentation de la violence dans les dessins d’enfants juifs pendant la Seconde Guerre mondiale

A partir de mes travaux de master, regroupant divers corpus: les dessins des enfants juifs réfugiés d’Allemagne et d’Autriche en France, réalisés au château de la Guette entre le mois de mars 1939 et le mois de mai 1940 ; ceux des enfants juifs de la colonie d’Izieu réalisés entre le mois d’avril 1943 et le moi d’avril 1944 ; et les dessins de Thomas Geve, réalisés  entre avril et mai 1945 dans le camp de Buchenwald libéré, il s’agit d’étudier la façon dont est représentée la violence par ces enfants juifs âgés de huit à seize ans. Si tous les dessins d’enfants juifs ne représentent pas de violence, une des premières questions qui s’impose dans ceux où c’est le cas: de quelle violence s’agit-il ? Ces enfants juifs ont tous des parcours sensiblement différents. Ils ne dessinent pas au même moment. C’est au début de l’année 1942, lors de la conférence de Wannsee que la machine administrative nazie se met en marche pour réaliser son projet d’extermination des Juifs d’Europe. 1942 est donc une année charnière à partir de laquelle est lancée l’entreprise génocidaire. Quelles que soient les violences dont les enfants juifs tracent les contours, il ne peut s’agir avant 1942 de violences dites génocidaires. Dans les dessins réalisés à partir de 1942, tous ne représentent pas celles génocidaires. Quelles sont donc celles évoquées par les enfants juifs avant et après 1942? Dans quel contexte? S’agit-il de violences, subies? Ou infligées? De violences réelles? Imaginaires? Imaginées? Enfin que nous disent ces dessins, où la violence s’impose, de l’enfance juive dans la Seconde Guerre mondiale ? Cette contribution tentera de questionner les traits d’innocence, et de passivité habituellement attribuée à l’enfance; de même, elle essaiera de remettre en cause l’identité victimaire dans laquelle est enserrée l’enfance juive durant Seconde Guerre mondiale.

Philippe Mesnard (Université Blaise-Pascal Clermont-Ferrand 2/ Fondation Auschwitz (Bruxelles) : Construction de figures testimoniales à partir de l’enfant dans les camps nazis

Comment des déportés dans des camps de concentration nazis ou des victimes de la Shoah (Primo Levi, Robert Antelme, David Rousset, Bruno Piazza, Itzhak Katzenelson, entre autres) présentent les enfants dans leur témoignage. S’agit-il d’enfants réels? De reconstructions?

L’enfant figure-t-il comme un topos dans leur texte? De quel sens est-il investi et, peut-être, à quelle fin est-il convoqué?

Catalina Sagarra Martin (Trent University) :Témoignages d’enfants Tutsi : mémoires singulières, pa-roles transversales, (re-) construction collective

Nous proposons d’explorer les textes d’un collectif d’enfants survivants du génocide des Tutsi, Dukundane Family (Famille Aimons-nous). Travaillant avec ces jeunes pour élaborer la version française de leurs témoignages déjà publiés en kinyarwanda, nous porterons nos réflexions sur la façon dont ces textes s’organisent pour structurer leur volonté témoignante. Comme toute mise en discours, cette mise en discours de l’horreur, mise en discours réfléchie et adoptée par l’ensemble du collectif pour écrire/décrire leur vécu (enfant-victime), et ce qu’ils ont vu ou appris (enfant-témoin) -connaissances acquises après les tueries, grâce à des proches survivants, grâce à des voisins survivants, grâce à l’administration lorsque plus de proches ou de voisins ne sont là pour les aider à se définir et à s’identifier au sein d’une société issue d’un génocide, etc.- répond à des visées et des intentions spécifiques certes, mais qui échappent aussi à l’énonciateur à travers les non-dits, les silences, les apories du texte, les présupposés, l’expression même de leur éthos pouvant leur échapper dans une large mesure. Nous verrons ce que les textes ne semblent pas dire et qui pourtant les caractérise dans ce qu’ils sont : des témoignages d’enfants ayant vécu et vu l’impensable et tentant à partir de cet abîme de faire du sens, de recouvrer du sens pour soi et pour l’autre (l’autre étant aussi d’abord un survivant, un enfant-survivant). Nous verrons quelle a été l’évolution qu’ont subie les mises en discours entre le projet initial en kinyarwanda et sa traduction en français, et le travail que nous effectuons en ce moment afin de permettre à ces jeunes de se réapproprier leur histoire et les visées de leur témoignage. Ce sera donc sur une praxis discursive en formation que nous appuierons nos réflexions.

Silke Segler-Meßner (Universität Hamburg) : L’enfant ou de la mort: Ruanda. The Day God Walked Away

Le premier film du réalisateur belge Philippe van Leeuw ne prétend pas livrer une documentation du génocide des Tutsis au Rwanda, mais nous offre une fiction en racontant le drame d´une mère Tutsi qui après la perte de ses deux enfants s´enfuit dans le marais et survit aux tueries. Tandis que les premières versions filmiques sur les évènements en avril et mai 1994 pour le public européen tel que Hotel Rwanda et Sometimes in April mettent un protagoniste hutu au centre, Philippe van Leeuw s´est inspiré de l´histoire d´une famille belge, qui a quitté Rwanda au début du génocide en abandonnant sa nounou Tutsi à la maison. Il prend le sort supposé de cette femme comme point de départ d´une réflexion filmique sur le trauma de la violence génocidaire au centre de laquelle se trouve la mort des deux enfants.

Si la mort d´un enfant reste d´un côté impensable et irréprésentable, elle marque de l´autre côté l´apogée des excès violents contre les Tutsis qui ont perdu leur droit d´être et d´exister. Par le montage des scènes le film du réalisateur belge nous fait voir, sentir et entendre l´horreur de la violence dans la perspective d´une mère traumatisée. Dans la mesure ou le mythe de l´enfance moderne lie l´évolution de la confiance profonde à la relation entre mère et bébé, la mort de l´enfant renvoie à l´abandon existentiel de l´homme dans un monde où Dieu est parti. En reprenant le concept de témoignage evolué par Giorgio Agamben on peut donc se demander quelle fonction reprend la mort de l´enfant dans l´acte de témoigner ? Existe-il une analogie entre la structure traumatique de la constitution du sujet moderne qui doit tuer l´infans pour s´affirmer comme être conscient et le trauma de la mère Tutsi dans le film ?

Josias Semujanga (Université de Montréal) : Quel est le sens de la parole de l’enfant sur un génocide?

Par son sens étymologique l’enfant ou infans en latin est l’être humain qui ne parle pas. Sa figure a donc partie liée avec les mythes de l’origine, temps primordial de l’innocence avant la chute correspondant au temps de l’âge adulte. Une telle vulnérabilité de l’enfant suscite les espoirs pour l’intégration sociale et les angoisses pour son échec. Elle sous-tend la rhétorique sur les droits de l’enfant; en s’attaquant à la toute-puissance paternelle garante de la cohésion sociale, une telle doxa associe au statut de l’enfant une certaine irresponsabilité des actes lorsque par exemple la justice intervient. On ne le juge pas comme un adulte. Une telle idéologie libérale tient à l’idée que par l’éducation l’enfant s’élève à la responsabilité de la personne adulte; affirmant par là que le jugement de l’enfant n’est pas encore atteint son degré de maturité pour que celui-ci soit totalement comptable de ses actes. Dans le roman de Tierno Monénembo, L’Aîné des orphelins, la parole de Faustin Nsengimana, l’aîné des orphelins, renverse la doxa: c’est lui qui juge les adultes  dans une scène symbolique du procès le visant. Il prend la parole alors que les adultes – le juge, l’avocat et l’assistante sociale – ont littéralement fermé la bouche. Le narrateur-enfant, en inventant un langage pour dire ce que les adultes ont fait d’abominable, réinvente-t-il le roman du témoignage du génocide? Je voudrais analyser les mécanismes narratifs liés aux procédés de renversement de cette opposition doxologique enfant/adulte pour y associer la valeur testimoniale du roman de génocide : que peut dire l’enfant sur un génocide qui soit différent de la parole d’un adulte? Le renversement de l’opposition enfant/adulte n’est-il pas une autre façon de répéter la même doxa?

Isabella von Treskow (Universität Regensburg) : Ne te retourne pas – Récits d’enfants juifs persécutés en France

Une enfance interdite ou la petite marrane (1997) d’Evelyne Krief et dans Ne te retourne pas (2001) de Paul Delcampe et Hedwig (Edwige) Plaut sont des récits restituant les souvenirs d’adultes survivants de la Shoah qu’ils (elles) ont vécue en tant qu’enfants en France et en Suisse pendant la Seconde Guerre Mondiale. Chaque récit nous offre l’histoire de la vie en fuite, de l’existence en cachette, tant dans les orphelinats, que chez des gens inconnus, loin des parents, toujours obligé de nier la propre identité soit polonaise pour E. Krief, soit allemande pour Hedwig Plaut, sans parler de l’identité juive – identité créée proprement par la persécution. A un très bas âge, ces enfants sont obligés de comprendre un monde adulte contradictoire et dangereux, d’acquérir un savoir précis de survie tout en étant victime du manque d’informations. La communication tentera de soulever quelques interrogations par rapport à la « mise en écriture » de cette difficulté de l’enfant d’avoir emprise sur une réalité qui s’obscurcit constamment, de la reconstruction d’une réalité historique à travers le regard de l’enfant ainsi que par la voix des personnages-narrateurs et par rapport à la revalorisation que les adultes donnent à la vision enfantine par des moyens stylistiques spécifiques.



Citer ce billet
María de los Ángeles HERNÁNDEZ GÓMEZ (2022, 13 avril). Résumés des communications. Réfugier Enfance Violence Exil. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tjvw

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search