Réfugier Enfance Violence Exil – REVE

S’appuyant sur le réseau développé depuis le projet « Enfance Violence Exil », Réfugier – Enfance Violence Exil (R-EVE) a pour ambition la constitution d’une équipe internationale consacrée à l’étude des expériences enfantines et adolescentes de l’exil et de la violence, et de leurs représentations : celles, plus particulièrement, des mineurs non accompagnés, jeunes majeurs isolés, réfugiés et demandeurs d’asile, à partir de sources produites par les acteurs eux-mêmes. La première particularité de ce projet est donc de s’appuyer sur un travail collectif et transdisciplinaire, et de le coordonner en vue de productions scientifiques qu’il s’agira de médiatiser par différents biais. 

Contexte du projet

Au tournant de la seconde guerre mondiale, la question toujours très sensible du flux des réfugiés, de leur accueil et prise en charge, fait émerger une nouvelle thématique : celle du sort des millions d’enfants et d’adolescents faisant partie de ces déplacements de population. Bien que le phénomène ne soit pas inédit, pour la première fois des images d’enfants et d’adolescents errant dans les décombres sont surmédiatisées. Ils incarnent la victime civile par excellence et sont dénommés dorénavant les « War-handicapped children[1] ». Les grands organismes d’entraide créés à cette période en font une cause humanitaire et certains d’entre eux, comme l’UNRRA (United nations relief and rehabilitation administration), évoquent déjà la figure particulièrement préoccupante du « Unaccompanied children »[2]. Ce jeune déraciné, sans référent adulte à ses côtés, d’une maturité jugée trop précoce, considéré en danger voire potentiellement dangereux.

La parole des enfants et adolescents, leurs récits de vie et les dessins qu’on leur demande d’exécuter, qui avaient déjà commencé à susciter l’intérêt des experts de l’enfance, sont alors à nouveau mobilisés. Ils servent tantôt pour dénoncer la violence, l’iniquité de la guerre et la dureté de l’exil[3] ; tantôt pour provoquer la compassion et appuyer des appels de fonds en vue de la Reconstruction ; tantôt encore pour renforcer les théories des sciences du psychisme sur les pathologies infantiles et éventuellement découvrir de nouveaux traumatismes liés à la guerre. Ils viennent aussi donner un nouveau souffle aux courants pédagogiques issus de l’Education nouvelle qui ont encouragé ce type d’expression enfantine, notamment dans le cadre de « républiques d’enfants »[4].

Depuis lors, de très nombreux corpus de récits et dessins d’enfants et d’adolescents sont constitués et identifiés par des archivistes, des conservateurs du patrimoines et des chercheurs des différentes disciplines en sciences humaines et sociales qui en font l’objet de leurs travaux, parfois dans une démarche interdisciplinaire : anthropologues, géographes, historiens, historiens de l’Art, littéraires, pédagogues, sociologues… et même théologiens. Un certain nombre d’entre eux se retrouvent aujourd’hui dans une grande proximité géographique sur le Campus Condorcet.

S’il y a un intérêt croissant pour ces paroles, paradoxalement trop peu nombreux sont encore les questionnements transversaux sur la spécificité de ces récits et vécus d’enfants et d’adolescents par rapport au ressenti d’un adulte, notamment face à la violence, la guerre et à l’expérience migratoire. Il n’y a pas non plus d’approche croisée sur l’histoire des usages disciplinaires qui en sont fait ni de plateforme d’échange sur les modalités de recueil ou d’analyse de ces récits et dessins. Par ailleurs, malgré la patrimonialisation de certaines collections et leur numérisation sur certaines plateformes[5], il n’existe pas de recensement centralisé des différents corpus existant dans le monde, ni même parfois de démarche de conservation sur le long terme de ces productions enfantines et adolescentes. Ensuite, malgré l’inventivité de certaines initiatives de médiation pédagogiques de ces corpus, notamment auprès d’un public d’âge scolaire, le plus à même de s’identifier à ces récits et dessins, il y a très peu d’interaction, de tentatives de comparaison ou de modélisation entre ces projets. Enfin, il est essentiel de prendre en considération la multiplicité des représentations de ces expériences d’enfances en guerre, multiples – en littérature et à partir d’autres langages artistiques, théâtre, photographie, performance, danse, musique… – et explorées dans différents corpus, en incluant les démarches de recherche-création et leurs pratiques théorisées.

Axes du projet

1) Tout d’abord créer sous la forme de ce carnet de recherche (« R-EVE ») sur hypothèses.org, une plateforme de réflexion et d’échanges sur les expériences enfantines et adolescentes de la guerre, de la violence et de l’exil afin de rendre visibles les corpus et leurs exploitations dans les champs disciplinaires considérés ; créer une interaction entre les travaux existants ou en cours et proposer des outils tant pour la recherche que pour la médiation pédagogique. L’architecture de ce carnet de recherche, intègre les actualités du programme, les collections numérisées et déposées sur Nakala, des gisements archivistiques repérés, les captations des colloques, des récits de recherches et de création, des instantanés d’archives, une exposition numérique avec la trace des réalisations artistiques.

2) Repérer des collections conservées de façon pérenne dans différents centres d’archives, musées ou portails numériques ainsi que celles plus éphémères constituées par des équipes de recherches ou par des organismes humanitaires dans le cadre de campagne de sensibilisation. Coordonner le dépôt de certains corpus thématiques numérisés sur une plateforme Huma-Num. Ces prochains dépôts viendraient rejoindre les premiers corpus numérisés de dessins constitués dans le cadre du projet ANR « Enfance Violence Exil » (EVE), et qui sont en cours de transfert sur Nakala sous forme de collections, actuellement en cours de description grâce à la collaboration entre la MSH de Clermont-Ferrand et le GED du Campus Condorcet.

3) Retracer l’histoire des usages scientifiques, politiques, humanitaires, artistiques des dessins et récits d’enfants en organisant des rencontres sous forme de journées d’études (avec captation vidéo), afin de repérer les chronologies différenciées de la prise en compte par les différentes disciplines prenant en considération la parole enfantine, mais aussi les influences réciproques, et d’interroger la prédominance qu’à exercer dans ce domaine les sciences du psychisme. Constituer, au fondement de ces travaux collaboratifs, une équipe de recherche pluridisciplinaire coordonnée avec les grandes institutions nationales et internationales repérées dans les domaines de recherche et disciplines convoquées par R-EVE.

4) Replacer dans une diachronie et une spatialité plus larges la question des jeunes migrants nommés successivement « Mineurs isolés étrangers » (MIE) puis « Mineurs non-accompagnés » (MNA) ou « Unaccompanied minors ». Proposer alors une conservation pérenne des récits de vie recueillis de façon disparate et fragmentée par les différents organismes en charge de ces mineurs, trop souvent contraints par les exigences de l’évaluation centrée sur la seule question de la véracité de leur statut de minorité. Expérimenter une collecte commune et cohérente de récits et de dessins de MNA, dégagée de cette perspective évaluatrice.

5) Étudier les manières dont ces sources (récits de vie, dessins) produites par les jeunes migrants interviennent dans la constitution d’une « littérature de l’accueil », ainsi que la situation spécifique de cette dernière dans un champ littéraire et artistique « hors le livre », au carrefour des observations sur la « littérature exposée » (Olivia Rosenthal, Lionel Ruffel, 2010), sur l’enquête (Laurent Demanze, 2019), les « écritures impliquées » (Brun, Schaffner, 2015). Cette étude prendra en compte d’une part les maisons d’édition qui se consacrent à la publication des textes d’exilés (Dacres éditions), en lien avec les réseaux de la recherche : Observatoire de la Migration des Mineurs, Migrinter, CNRS – Poitiers), les radios libres où s’expriment leurs paroles (émission Faratanin Fraternité, Radio Campus), les réseaux mettant en relation les chercheurs et artistes (réseau Traces. Histoire, mémoires et actualité des migrations en Auvergne-Rhône-Alpes (http://traces-migrations.org/), Institut Convergences Migrations, collectif Kom.post, collectif Perou, pôle d’exploration des ressources urbaines https://www.perou-paris.org/): des collectifs interdisciplinaires de recherche et d’art, en lien étroit avec la question plus large de l’hospitalité. Un observatoire des pratiques émergentes permettra de situer la littérature de l’accueil au sein de multiples autres pratiques, d’en cartographier les relations. Il s’agira enfin d’observer comment des productions artistiques s’articulent avec les témoignages et les textes, et comment elles redéfinissent conjointement les champs d’implication de la littérature, ainsi que le positionnement des acteurs engagés.

6) Proposer des valorisations artistiques des fonds et confronter systématiquement les points de vue (appelés « regards », précisément définis et distingués comme les modes focaux par lesquels l’enfance et l’adolescence sont perçues, dans l’espace et dans le temps) au sein de différentes productions artistiques, en poursuivant une théorisation de démarches de recherche-création.

[1] Thérèse Brosse, War-handicapped children, report on the European situation, Paris, Unesco, 1950

[2] Fabio Macedo, Les Etats-Unis, l’UNRRA et la migration adoptive des enfants déplacés
et réfugies européens dans l’immédiat après-Seconde Guerre mondiale en Allemagne
, intervention du 29 novembre 2019 au colloque « Enfants sans famille dans les guerres du XXe siècle, Paris.

[3] En 2007, par exemple l’organisation Waging Peace dépose quelques 500 dessins d’enfants sur le bureau du procureur de la Cour pénale internationale (CPI), qui ont été inclus comme preuves contextuelles dans le dossier Darfour.

[4] Samuel Boussion, Mathias Gardet, Martine Ruchat, L’internationale des républiques d’enfants 1939-1955, Paris, Anamosa, 2020

[5] Par exemple le Children war museum de Sarajevo, le Musée des œuvres des enfants – Le Muz, les sites EVE (enfance – violence – exil), celui de la Fondation Pestalozzianum à Zurich ou encore de l’Institut de sciences sociales des religions de Lausanne.



Citer ce billet
Mathias Gardet (2022, 13 avril). Réfugier Enfance Violence Exil – REVE. Réfugier Enfance Violence Exil. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tjvr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search