Enfance Violence Exil – EVE

Présentation du projet ANR

Le projet ANR s’intéresse aux paroles d’enfants en situation de guerre et en exil : dessins, témoignages, représentations (20-21e siècles). Dans la perspective d’une histoire de l’enfance « à hauteur d’enfant », l’étude des fonds collectés et analysés permet d’approfondir notre compréhension de l’expérience des enfants en guerre, évacués et/ou exilés.

Le travail de recherche a reposé sur la collecte, la numérisation, l’analyse et la diffusion d’archives publiques et privées, écrites et orales, verbales et non verbales. Leur exploitation porte l’interrogation sur la validité des problématiques qui émergent depuis la Première Guerre mondiale. Leur validité et leurs limites ont être vérifiées dans des phénomènes plus récents (témoignages d’enfants-soldats).

Un portail de recherche www.enfance-violence-exil.net a permis de valoriser les collections en vue d’une recherche raisonnée. Les ressources (dessins, ressources audio) figurant sur le site ont été décrites au format Dublincore (avec Hélène Veilhan, Conservatrice et responsable humanités numériques, Maison des sciences de l’homme). Les droits de diffusion des différentes collections présentes sont acquis dans le cadre du projet EVE (qui doivent être conservées sous cette appellation), même si toutes les collections appartiennent physiquement à différents fonds. La seule collection originale est celle des enregistrements audio de Manon Pignot (enfants de la guerre de 14-18). Néanmoins, l’ensemble que constituent les différentes collections ainsi rassemblées est inestimable pour la connaissance des représentations enfantines de la guerre.

  • Résultats majeurs et production scientifique :

Au travers du portail Internet, des articles diffusés sur hal-shs, des publications, de l’exposition itinérante J’ai dessiné la guerre et de l’ouvrage qui l’accompagne (PUBP, 2011), le projet eve a permis d’établir une première cartographie de l’enfance en guerre dans la période contemporaine : autour de l’enfant combattant, objet historique non identifié jusqu’alors, en dépit de l’image, trop connue peut-être, de l’enfant-soldat. Plus généralement, autour du témoignage de l’enfant en guerre (haut patronage de l’unesco, dans son « Programme pour l’éducation des enfants en détresse »), à partir de la collection de dessins d’enfants de Françoise et Alfred Brauner. Une réflexion systématique s’est déployée à la BnF sur les enfants en temps de guerre dans les littératures de jeunesse, en tant que champ littéraire spécifique destiné à un public défini par son âge. Le projet eve a montré la manière dont les auteurs mettent en scène textuelle et/ou iconique telle guerre, l’état de guerre, l’exil forcé. La littérature de jeunesse autorise d’autres types de représentation que celle, omniprésente, de l’enfant-victime, par exemple dans ses relations avec l’incitation adulte, avec l’action, ou dans les spécificités de son expression propre. Les débats sur la mémoire, ses silences ou ses excès sont interrogés. Les pouvoirs d’analyse, d’interprétation et d’imagination d’enfants et d’adolescents ont été établis comme vecteurs privilégiés de la représentation des exils.

Six colloques internationaux ont été réalisés, balayant le champ des enfances en guerre à l’ère contemporaine (en ligne). Sept volumes sont publiés ou en cours de publication : L’Enfant soldat, Armand Colin, 2012. Les Enfants de la guerre d’Espagne. Kimé, 2012. Enfances en guerre, Georg éditeur, 2013. Enfants par temps de guerre et littératures de jeunesse, BnF, 2013, J’ai dessiné la guerre. Le Regard de Françoise et Alfred Brauner / I Have drawn Pictures of the War. The Eye of Alfred and Françoise Brauner, celis-suc, Pubp, 2011, etc.

De multiples ressources multimédias ont été élaborées (en ligne : enfance-violence-exil.net) : à partir des collections déposées : dessins d’enfants en guerre de la collection de Françoise et Alfred Brauner, fonds ERM, représentation des guerres dans l’album de jeunesse, dessins d’enfants juifs de Theresienstadt et d’Auschwitz, dessins d’enfants d’après le 11 Septembre…



Citer ce billet
Mathias Gardet (2022, 13 avril). Enfance Violence Exil – EVE. Réfugier Enfance Violence Exil. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tjvq

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search